Médecins sans frontières, un pionnier du « business model » des ONG

Publié le

Médecins sans frontières, un pionnier du « business model » des ONG

Qu’elles soient du domaine de l’humanitaire, de la protection de la nature ou de la défense des droits de l’homme, les organisations non gouvernementales (ONG) constituent des acteurs majeurs de nos sociétés dont l’importance ne cesse de croître.

Médecins sans frontières (MSF) en est le parfait exemple. Créée en France en décembre 1971, cette start-up humanitaire de 13 personnes s’était donné pour première mission de s’occuper d’une population victime d’un tremblement de terre au Nicaragua. En 2020, MSF est devenue une multinationale avec un bureau international à Genève, cinq centres opérationnels et des bureaux dans 23 pays. Elle est intervenue pour des missions dans 88 pays, employant 45 260 personnes avec un budget de 1,9 milliard d’euros.

Création de valeur sociétale

La théorie conventionnelle des « business models » (modèles économiques) ne permet pas d’appréhender la dynamique de croissance de MSF. En tant qu’organismes à but non-lucratif, la finalité des ONG est la création de valeur sociétale (lutte contre un fléau) et non la création de valeur économique (profit). Pour de nombreuses ONG, le succès ultime se matérialiserait par leur disparition du fait de leur inutilité liée à l’éradication du fléau qu’elles combattent.

Source : The Conservation du 25/11/2021 par Michel Ferrary

Autres articles dans cette rubrique

Pacte migration et asile : lettre ouverte aux députés européens

Ce lundi 18 décembre, journée internationale des migrants, s’ouvre à Bruxelles une phase décisive dans les négociations autour du Pacte européen sur la migration et l’asile. Dans une lettre ouverte aux...

Gaza : les hôpitaux débordés, MSF apporte des soins chirurgicaux et fournit des médicaments

Les équipes de Médecins Sans Frontières à Gaza préparaient dimanche 8 octobre des donations de médicaments et de matériel médical à destination des hôpitaux et des structures de santé de l’enclave...

close