Baromètre des inégalités et de la pauvreté, édition 2006

Vous faites partie de cet organisme ?
Assurez-vous de son actualité régulière ici.
Envoyez vos événements, actualités, positions, offres d'emploi,
de stage et service civique.
Ainsi, votre rubrique vivra pleinement !
Publié le 16 mai 2006 en accès
Commentaire(s) :

Pour la troisième année consécutive, les inégalités et la pauvreté ont progressé en France en 2004, après avoir fortement baissé entre 2000 et 2001. La hausse a été particulièrement forte en 2003 et s’est poursuivie en 2004. Cette année-là, les inégalités ont atteint leur plus haut niveau depuis 20 ans, indique la nouvelle édition du « Bip40 ». Rappelons que ce baromètre été lancé par le Réseau d’alerte sur les inégalités (composé d’un collectif d’associations, de syndicats et de chercheurs), pour nourrir le débat social autour des inégalités et de la pauvreté, et des alternatives à leur opposer. Il confirme les résultats du dernier rapport de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes) remis le 22 février dernier.

Le Bip40 résume en un indice synthétique plus de 60 indicateurs regroupés en six grands domaines : revenus, emploi, éducation, logement, santé, justice. En 2004, le Bip40 s’envole d’abord à cause de la hausse du chômage. La proportion d’allocataires de l’Unedic parmi les demandeurs d’emploi diminue et la précarité de l’emploi a recommencé à augmenter en 2004 et continue à se situer à un niveau élevé. Les conditions de travail continuent de se dégrader, avec la multiplication des maladies professionnelles et une gravité croissante des accidents du travail. La hausse du Bip40 traduit aussi une dégradation sans précédent de la situation du logement. En matière de consommation, le nombre de ménages surendettés a battu des records, et le nombre des incidents de crédit reste très élevé. Dans le domaine de la justice, la situation reste très dégradée. Les politiques sécuritaires prennent le pas sur les politiques sociales : on emprisonne les pauvres faute de vouloir réduire la pauvreté. Quant aux étrangers, leur situation demeure précaire : le taux de reconnaissance du statut de réfugié est de 17%, proche de son plus faible niveau des vingt dernières années. En 2004, les inégalités en matière d’éducation se maintiennent, après avoir augmenté au cours des deux années précédentes. Au-delà des fluctuations de court terme, qui peuvent être sensibles sous l’impulsion de changements politiques, comme ce fut le cas entre 1998 et 2001, la montée des inégalités et de la pauvreté se poursuit depuis 20 ans.

En savoir plus en allant sur le site d'origine de l'information... Cliquez sur notre partenaire !

---------------------------------------------


Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 : Articles de l'année 2004 : Articles de l'année 2003 : Articles de l'année 2002 :