Retour sur notre Assemblée Générale Ordinaire du 6 décembre

Publié le 11 février 2019 en accès réservé aux abonné.e.s
Commentaire(s) :

Extrait du discours d’introduction du Président du Goees, Jean-Claude TUFFERI à l’Assemblée Générale

« Chers amis, chers camarades,

Notre AG se tient dans une période de montée de contestation des politiques ordolibérales. Cette contestation prend parfois, et vous en conviendrez, des formes auxquelles notre pays n’a pas toujours été habitué. C’est le cas pour les gilets jaunes, mais dans le même temps, les corps intermédiaires, dont le gouvernement Macron voulait se passer, continuent à jouer leur rôle. J’en veux pour preuve les mobilisations syndicales, l’intervention des partis politiques au sein des assemblées d’élus tant nationales que locales et la société civile au CESE etc.

(...) Oui, le GOEES comme représentant des employeurs de l’ESS a eu raison de condamner en son temps la loi travail et les ordonnances qui ont été l’accélérateur des politiques ultra libérales, mises en place depuis plusieurs décennies. L’austérité pour le plus grand nombre c’est pour notre économie moins de demande, moins de pouvoir d’achat et donc une économie atone dont les entreprises de l’ESS subissent les conséquences en premier chef.
Pour le « libéralisme », c’est une accélération des délocalisations, avec la casse de l’emploi, plus de précarité pour leurs salariés, une pression accrue sur les salaires, pour la recherche de toujours plus de profit à redistribuer aux actionnaires.
L’ESS, et notamment ceux et celles qui partagent notre démarche, se doit d’être l’ambassadeur d’une autre politique, qui place les salariés, la réponse à leurs besoins, la démocratie en entreprise et l’efficacité sociale, l’avenir de la planète et de la condition humaine, au cœur des enjeux de la crise actuelle, ceux qui posent avec force la recherche d’un autre paradigme de civilisation, en un mot la question d’une autre logique que le capitalisme et son marché de prédation financière, humaine et environnementale.

Nous le rappelons, le GOEES n’est pas un groupement d’employeurs comme les autres et nos actions, initiatives et événements de cette année en sont la démonstration.

(...) Pour 2018, nous avons, dans le prolongement des années précédentes, poursuivi dans la volonté de fédérer les énergies au sein de l’ESS, c’est pourquoi partout où nous étions invités, nous avons réaffirmé ces valeurs et objectifs. Un discours et des orientations qui ont permis à notre groupement de démontrer son utilité, tant pour son action à rassembler, que sur sa constance à proposer une autre logique de l’entreprise, du travail et des besoins.

C’était tout le sens du débat initié lors du salon des CE en mars au cœur des problématiques actuelles sur le thème :
« Des loi Auroux aux ordonnances Macron ».
Nous avons tenu le même positionnement au sein d’UNIFORMATION concernant la loi sur la formation professionnelle.

(...) Autre sujet qui est et reste à l’ordre du jour, le passage des CE en CSE, question sensible pour la représentativité des personnels et l’impulsion des principes de l’ESS ; rappelons que nous nous revendiquons comme le représentant unique de ces derniers. Là aussi, comme pour la formation, la réforme imposée par les ordonnances a des conséquences sur la fonction d’employeurs et dans le fameux « en même temps » de Macron sur l’institution représentative des salariés pour la défense de leurs intérêts.
En effet, le CSE, sauf action et lutte pour un accord plus favorable, c’est mécaniquement moins d’élus et moins d’heures de délégation pour autant de prérogatives à assurer.

C’est pour le CSE employeur moins de temps et moins de moyens humains pour œuvrer aux fonctions dirigeantes au sein de l’ESS et du paritarisme, qui sont dans notre pays une originalité historique, et donc moins de liens permanents avec les salariés de l’institution.

Là où l’ESS, ses employeurs syndicalistes, veulent approfondir le rapport dirigeant et IRP, la loi Macron affaiblit la représentativité des uns et les moyens des autres, c’est un empêchement d’agir pour une gestion démocratique et une concertation positive et permanente employeurs/salariés.
C’est pour cela qu’en lien avec nos partenaires et amis de JDS avocats et COEXCO, nous avons mis en place une journée d’étude le 20/11, abordant tout à la fois les aspects juridiques et comptables auxquels seront confrontés les élus dans les CSE.
[ Nous proposons de reconduire cette initiative le 7 mars et vous enverrons prochainement une invitation ].

Autre problématique posée au CE/CSE celle de l’imposition des ASC.
Une première tentative de taxer les ASC des CE par le précédent gouvernement avait échoué grâce à la mobilisation des organisations syndicales des salariés et l’intervention des députés communistes et apparentés à laquelle nous nous étions associés.

Aujourd’hui, dans le droit fil de la politique du gouvernement Philippe, une nouvelle proposition d’amendement au budget 2019, a vu le jour pour toujours imposer les ASC. Si dans un premier temps par la mobilisation, le ministre du budget a décidé de retirer pour 2019 l’amendement, il nous faut rester vigilant car ce même ministre pense et la majorité avec, que ce sujet mérite réflexion et analyse … des propos qui n’ont rien de rassurant pour l’avenir.

Restons donc attentif sur cette question qui touche à la fois les salariés, mais aussi les acteurs des loisirs, du tourisme et de la culture - dont nombre de structure de l’ESS - comme par exemple le tourisme social et solidaire. Sur ce sujet, aussi nous pourrions avoir également un temps de débat.

En résumé, et pour ne pas être trop long, nous pouvons donc collectivement nous satisfaire du travail engagé qui prolonge et approfondi la démarche et les orientations du GOEES portées depuis plusieurs années.

Nous vous proposerons donc de poursuivre ce que nous avons entrepris et de mener des actions et initiatives dont la programmation vous sera présentée pour 2019.

Et cela sans rester enfermé sur nous-mêmes, comme le traduit notre présence active au sein des rencontres de la Plaine, [la dernière initiative s’est tenue le 12/12 à 18 h au CICP sur le thème « ESS et société des communs quelles évolutions du travail"]. Encore un thème qui nous interpelle comme employeurs, mais invite au débat avec le mouvement syndical.

Nous sommes là au cœur de l’originalité de l’ESS, qui ne réfléchit jamais en cercle fermé, mais y associe en permanence les salariés et leurs représentants, car sans l’engagement de ces deux parties, chacune à son niveau de responsabilités, nous ne pourrions-nous revendiquer d’une autre économie, d’un autre choix de société.

Dans des conditions en évolutions continuelles, plus que jamais les entreprises militantes de l’ESS ont besoin du GOEES et de son élargissement !

Pour nous, élargir le cercle de nos adhérents est une priorité absolue, et d’abord les CSE, pour nous donner des moyens et des rapports de forces dans les différentes institutions, telles que demain la nouvelle OPCO, au sein des CRESS et autres organismes structurant la gouvernance de l’ESS.

La question est également posée de la place des SCOP, des SCIC et du mouvement mutualiste comme adhérents ? associés ?

Enfin, nous aurons aussi besoin d’élargir le champ des partenaires, avec les potentialités et l’immense espace de travail et de convergences que cela peut représenter.

(...) Nous pouvons mieux communiquer, notamment avec notre nouveau site internet, la création de l’espace partenaire et la mise en place d’une foire aux questions, pour les adhérents ou non.

Il en va de même pour notre présence plus visible sur les grands événements tels que :

Le salon Restau’Co
Le salon des CE
Eluceo
Congrès mondial de l’OITS (organisation mondiale du tourisme social)
Et bien entendu, notre présence durant trois jours sur l’espace ESS de la fête de l’huma avec en son cœur un débat qui a réuni 200 personnes

Encore une fois merci à toutes celles et ceux qui ont permis la réalisation de toutes ces initiatives.

Merci à tous nos adhérents et associés qui contribuent à donner au GOEES sa véritable personnalité.

Merci à nos partenaires, qui nous apportent dans la diversité de leurs expertises et de leurs parcours, leur expérience dans de nombreux domaines.

Et merci à nos amis de l’UFM (union fraternelle de la métallurgie) qui nous accueillent dans leurs locaux, comme chaque année pour cette assemblée générale.

Et maintenant, à vous la parole, car c’est vous qui faites du GOEES ce qu’il est aujourd’hui, c’est bien pourquoi nous avons toujours besoin de votre implication et cela à tous les niveaux."


Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 :