Baromètre Prometheus : Baromètre 2009 de transparence des ONG

Publié le :
Commentaires :
Publication dédiée :
  • Jean Michel Boucheron
  • Prometheus
  • Solidarité internationale / ONG / Coopération

  • Le Baromètre de transparence des Organisations Non-Gouvernementles (ONG) évalue plus de quatre-vingt-dix ONG qui ont reçu des subventions de la Commission européenne et du Ministère des Affaires étrangères ou qui ont participé au Grenelle de l’environnement et à l’élaboration de normes communautaires.

    Télécharger le baromètre 2009 de transparence des ONG

    Transparence financière et gouvernance sont évaluées à partir de dix critères, selon une analyse effectuée entre septembre et décembre 2008, sur leur site internet.

    Cinq critères portant sur le financement :
    - budget
    - compte d’emploi et de ressources
    - analyse comparative des différents exercices
    - bilan financier
    - rapport moral

    Cinq critères portant sur la transparence de la gouvernance :
    - objet et raison sociale
    - organisation démocratique de la gouvernance
    - statuts complets
    - identification des personnes clés
    - Interface institutionnelle

    La note moyenne obtenue, cette année par les ONG est de 4,3/10 :
    - 1,8/5 pour la transparence financière ;
    - 2,4/5 pour la transparence de la gouvernance.

    Le Baromètre de transparence des ONG constitue un plaidoyer pour la création, à l’échelle nationale et européenne, d’un label « société civile » d’agrément aux ONG candidates aux subventions françaises ou communautaires.

    Détails du baromètre
    - Partie 1 : présentation de Bernard Carayon et Jean-Michel Boucheron (télécharger)
    - Partie 2 : méthodologie et observations (télécharger)
    - Partie 3 : détail des notes (télécharger)

    Source : La suite de l’article par ici...


    2 Messages

    • ONG : un dangereux baromètre 23 février 2009 12:24, par Laure Noulhat

      Ong Passer les ONG au crible ? C’est en tous cas l’intention du baromètre réalisé par la Fondation Prométhéus (1) pour la deuxième année consécutive : vérifier les pratiques de gouvernance et de transparence de ces donneuses de leà§on, parfois embarrassantes, souvent pertinentes mais toujours utiles.

      La Fondation attribue une note sur 10 à 92 associations uniquement à l’aune des informations glanées sur leur site Internet. Les associations retenues l’ont été en fonction de deux critères : leur participation dans le débat public et leurs subventions. Médecins du monde récolte un 10/10, Greenpeace un 5/10, la Criirad un 1/10... D’après le président de la fondation, à l’origine du baromètre, "toutes reà§oivent de l’argent public, qu’il s’agisse de l’Etat, de la Commission européenne ou d’institutions publiques internationales. Notre Fondation a jugé utile de s’intéresser à ces nouveaux acteurs" a confié Bernard Carayon, député UMP du Tarn. "Elles deviennent des acteurs d’influence importants, des creusets d’élaboration de normes nouvelles, elles recueillent des fonds de grandes fondations, ou des états. Il faut leur appliquer les critères de transparence qu’elles ont elles-même contribué à faire prévaloir dans le fonctionnement des entreprises.", selon le président de Prométhéus.

      Voir en ligne : La suite de l’article par ici...

      repondre message

    • Réponse à Laure Noulhat 23 février 2009 12:33, par Bernard Carayon

      Madame,

      Dans votre billet du 13 février 2009, ONG, un dangereux baromètre, vous remettez en cause à la fois le travail effectué par la fondation d’entreprises Prometheus et le sens de notre initiative.

      Dans ce billet vous me prêtez des propos dans lesquels je ne peux me reconnaà®tre : " Toutes reà§oivent de l’argent public, qu’il s’agisse de l’Etat, de la Commission européenne ou d’institutions publiques internationales ". A tort : le baromètre de transparence évalue des ONG qui ont reà§u des subventions de la Commission européenne et du Ministère des Affaires étrangères (mais pas d " institutions internationales ") ou qui ont participé au Grenelle de l’environnement et à l’élaboration de normes communautaires, sans nécessairement recevoir de subventions publiques.

      En lisant le baromètre, vous auriez pu constater que ceci est précisé page 12, en quatrième de couverture, dans le communiqué de presse, sur la page de présentation du baromètre et dans la présentation que j’en fait sur mon blog. En validant avec moi, conformément à une pratique habituelle, les propos que vous me prêtez, vous auriez évité cette erreur.

      Vous vous attachez à la production et à la performance des ONG. Ce paramètre a été intégré et correspond au " rapport moral " que nous évaluons également. La définition que nous donnons du rapport moral, page 13, devrait vous satisfaire : " rapport moral : pour dépasser les limites mêmes du reporting, notation fondée sur ce qui est dit et non ce qui est fait ; certaines ONG publient ainsi un rapport moral qui développe une analyse critique de leur activité ". Seulement vingt-trois ONG sur quatre-vingt-douze ont publié un rapport moral évaluant leur production et leur efficacité.

      Il est toujours difficile de demander à un système de s’autoréguler : notre baromètre de transparence plaide pour la création, à l’échelle nationale et européenne, d’un label " société civile " d’agrément aux ONG. Selon votre analyse, la transparence ne s’impose qu’aux seules ONG qui auraient " le temps et les moyens humains ". Or, l’influence d’une organisation ne se mesure pas uniquement à ses ressources humaines et financières : il serait incohérent de ne donner d’importance qu’aux ONG les mieux dotées.

      Plus loin enfin, vous assénez : " se contenter de ce baromètre pour se faire une idée de l’association est idiot, voire dangereux ". Notre baromètre est une contribution, parmi d’autres, au débat public sur la nécessaire transparence de la société civile : j’ai confiance en nos lecteurs, qui saurons ne pas s’en " contenter " et nous citons par ailleurs, sans prétention à l’exhaustivité, les nombreux contrôles règlementaires qui pèsent sur les ONG pour en soulever les limites ainsi que les intiatives de la société civile5.

      J’ai souhaité vous apporter ces quelques précisions sur cette étude que, visiblement, vous n’avez pas comprise : est-il " dangereux " de chercher à mesurer la transparence financière et la gouvernance des ONG ? C’est pourtant le coeur du débat : mais à§a, vous n’en parlez pas.

      Je vous prie de croire, Madame, en l’assurance de mes salutations distinguées.

      Bernard Carayon
      Député (UMP) du Tarn
      Président de la fondation d’entreprises Prometheus

      Voir en ligne : L’article dans la rubrique Actus

      repondre message

    Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Se connecter
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

     
    A propos de ESS et société, Enjeux et débats
    ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
    En savoir plus »