« Adieu, camarade »

Publié le

« Adieu, camarade »

L’acteur, défenseur résolu des droits des saltimbanques et d’une manière générale du cinéma hexagonal, aura été le président du syndicat français des acteurs CGT de 1963 à 1966. Le seul engagement politique de sa vie.

« Adieu, camarade ». C’est par ces mots que se termine l’hommage de la CGT à Jean-Paul Belmondo, décédé lundi à l’âge de 88 ans. On l’a oublié, mais sa carrière cinématographique a en effet démarré en 1957, dans un film réalisé par Henri Aisner et commandé par la Confédération Générale du Travail. Intitulé Les copains du dimanche (qui avait aussi au générique Michel Piccoli), ce long-métrage voulait « célébrer la fraternité ouvrière », ainsi que le résumait Jean-Paul Belmondo lui-même dans son autobiographie parue en 2016, Mille vies valent mieux qu’une.

Source : Le Figaro du 08/092021 par Bertrand Guyard

Autres articles dans cette rubrique

Projection/débat « You want sex equality »

Travailler autant qu’un homme et ne pas recevoir le même salaire, voilà ce qui met le feu aux poudres lors de ce printemps 1968. Sensibilisées à cet épineux problème par le syndicaliste Albert...

Cérémonie en mémoire de Manouchian et des 22 fusillés du Mont-Valérien : la présence de l’Extrême droite est une honte qui salit leur mémoire

Le 21 février 2024 sera marqué par l’entrée de Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon. Missak, héros de la Résistance, chef militaire des Francs-Tireurs et Partisans de la main d’œuvre immigrée...

close