Sous munitions : des mines antipersonnel qui ne disent pas leur nom...

Publié le 10 juin 2005 en accès
Commentaire(s) :

Parmi les entreprises présentes au salon, GIAT, EADS et THALES : les trois principaux groupes français impliqués dans la fabrication et la commercialisation des sous-munitions.

Un commerce relativement opaque éclairé par le rapport de l’Observatoire des transferts d’armements, très explicite sur les pays producteurs de sous-munitions et leurs exportations (disponible sur demande aux coordonnées ci-dessous).

Véritable fléau pour les populations civiles, ce sont plusieurs millions de sous-munitions qui ont été déversées au cours des trois derniers conflits majeurs - Kosovo (1999), Afghanistan (2001-2002) et Irak (2003-2004).

A l’instar de la prise de conscience internationale sans précédent qui a permis d’aboutir à un traité d’interdiction des mines antipersonnel, il est urgent de se mobiliser et de pousser les Etats à interdire la production, l’utilisation et le transfert de ces armes.



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 :