L’économie sociale change de physionomie

Publié le

L'économie sociale change de physionomie

Alors que l’Assemblée nationale doit examiner le 13 mai le projet de loi censé "donner un coup d’accélérateur à l’économie sociale et solidaire", Les Echos (pages 34 et 35) se demandent si ce secteur économique n’a déjà pas entamé sa mue.

Depuis dix ans, remarque le quotidien, l’ESS a généré 400.000 emplois et ses besoins d’ici à 2020 sont estimés à 600.000 personnes. Et sous l’impulsion de Benoît Hamon, alors ministre de ce secteur dans le gouvernement Ayrault, des signes de changement étaient manifestes. Au point que certains acteurs du secteur se plaignent de son départ pour le ministère de l’Education nationale car, outre le fait qu’il "avait une vision et un calendrier (…), il a emporté presque toute son équipe".

Pour Valérie Fourneyron, secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie sociale et solidaire, qui succède à Benoît Hamon, le projet de loi "propose une vision inclusive qui va au-delà des acteurs statutaires et historiques : associations, coopératives, mutuelles et fondations".

Source : La suite de l’article...

Autres articles dans cette rubrique

Comment améliorer l’accès aux soins ?

Comment donner un meilleur accès à la santé à tous les Français ? Invité du Séminaire des mandatés locaux de la Mutualité Française, Guillaume Garot, député de la Mayenne, présente ses préconisations....

Lettre ouverte à l’attention de Mme la ministre Catherine Vautrin sur le système de protection sociale

Lettre ouverte adressée ce jour par Eric Chenut, président de la Mutualité Française à l’attention de Madame la ministre Catherine Vautrin, concernant les nécessaires réflexions et travaux de...

+ 8,1% en moyenne pour les cotisations des mutuelles : une augmentation qui suit l’évolution globale des dépenses de santé

Selon l’enquête de la Mutualité Française qui porte sur 38 mutuelles représentant 18,7 millions de personnes, les cotisations des mutuelles augmenteront en 2024 en moyenne de 8,1% pour couvrir les...

close