Jamais sans mon vélo... de fonction

Publié le 5 octobre 2005 en accès
Commentaire(s) :

Quand on n’a pas de pétrole, on a des plans de déplacement. Entre PDA, PDU et PDE, on espère de tout cœur et en vrac, économiser de l’essence, se faire des mollets d’athlète et sauver la planète. Au niveau national, le plan d’aménagement du territoire est censé s’occuper de nos poumons. Dans nos villes, c’est le plan de déplacement urbain qui s’en charge. Et au boulot, c’est l’affaire du « plan de déplacement entreprises ».

Une bien belle idée que ce PDE puisque les entreprises qui le signent s’engagent à promouvoir les transports publics, favoriser l’usage du vélo et inciter leurs salariés à pratiquer le covoiturage. Il va même jusqu’à souffler à l’oreille des entrepreneurs que le télétravail fait économiser de l’essence, comme le déménagement des salariés vers leur lieu de travail.
En plus, cette année, et pour la première fois, la « semaine européenne de la mobilité » qui s’est déroulée du 16 au 22 septembre, n’incluait plus seulement les collectivités locales, territoriales et nationales comme lors des précédentes opérations, mais aussi les entreprises.

Belle incitation donc pour les boîtes françaises de se pencher sur le réchauffement climatique. Quant au meilleur élève de la semaine, l’entreprise qui a fait le plus de grabuge sur ce thème, elle se verra remettre un magnifique trophée « bouger autrement ». Que du bonheur donc pour l’entrepreneur qui a œuvré à l’intérêt général et qui pourra se hausser du col dans son hall d’accueil.

Et pourtant, en examinant les PDE signés depuis quelques temps, on constate que les candidats ne se bousculent pas au portillon de l’environnement. On y retrouve quelques grands hôpitaux publics, quelques grandes administrations et quelques grands établissements toujours très publics.
Mais de grandes entreprises privées guère, et des PME encore moins. Car il faut posséder un certain aplomb pour demander à ses salariés d’enfourcher leur vélo afin de rallier la zone industrielle de Saint-Ouen de Frangipane située à une dizaine de kilomètres du bourg le plus proche. Surtout quand ils doivent se dérouter pour déposer des enfants à la crèche ou à l’école. De même qu’il est hardi de leur conseiller de prendre les transports en commun alors que Corbeau Airlines est bien la seule compagnie desservant la ZI.
L’exemple est peut-être aussi imaginaire que caricatural, mais celui qui n’a jamais travaillé, ou ne s’est jamais présenté pour un rendez-vous dans un tel endroit ne peut pas réellement connaître la solitude du salarié dans l’industrie française.

Non seulement, ces entreprises et ces zones industrielles existent, mais en plus, leur implantation est largement encouragée par les collectivités locales qui y trouvent leur compte. Quitte à en oublier leur mission de décalaminage de nos poumons à laquelle elles s’étaient pourtant engagées en signant une quelconque charte pour l’environnement.
Quant aux entreprises, il n’est nul besoin de les encourager : la flambée actuelle de l’immobilier ne saurait que les inciter à fuir les centres urbains. Voilà donc nos fort louables plans de déplacements qui se heurtent à la real politik des collectivités comme des entreprises privées. Ce qui ne devrait pourtant pas empêcher les uns et les autres de signer ces ambitieux programmes.
Pour les uns, avec une motivation béton et des moyens concrets. Comme à Nantes où les salariés adeptes du co-voiturage ou prenant le tram pour se rendre dans des entreprises excentrées reçoivent des aides financières.
Quant aux autres, elles se contentent de se donner bonne conscience. A l’image des notables du Moyen Age qui s’offraient des indulgences auprès du Vatican pour accéder au paradis après leur mort.



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 :