Quels rapports solidaires pour contribuer à la construction d’une alternative sociale ?

Publié le 31 mars 2004 en accès
Commentaire(s) :

Nous militons pour « le droit aux vacances pour tous », cela signifie que nous refusons que ce droit
puisse être limité par des mécanismes de marché. Ce droit est essentiel pour les salariés, mais il
l’est aussi pour tous les citoyens, c’est une marque de la citoyenneté. L’inégalité dans l’accès à ce
droit se marque très fort sur le terrain.
Dans ma commune, Nanterre, dont je fus Conseiller municipal durant 12 ans, 40% des personnes
(en particulier jeunes et retraités) ne partent jamais.
Comment peut-on accepter cette situation fondée sur le fait que le départ en vacances est
aujourd’hui devenu une marchandise et non plus un droit ?
Ce que nous avons fait ensemble il y a 40 ans était complètement nouveau et a permis des avancées
essentielles, mais ne perdons pas l’élan.
Le Chèque-Vacances a été une nouvelle avancée. Son volume d’émission montre le succès, mais
trop de salariés, de précaires, d’intérimaires n’y ont pas droit.
Nous avons signé une déclaration commune et déjà nous voyons les 1er résultats. Nous essayons
d’aller plus loin en travaillant avec la Commission Economique et Sociale sous l’égide du BITS.
A l’intérieur même du tourisme social, nous ne sommes pas toujours clairs sur les questions de
personnel. Nous devons par exemple nous attaquer sérieusement à la question des saisonniers que
le secteur du profit ne veut pas examiner.

Les expériences de « Maison des saisonniers » sont à développer. Enfin, nous-mêmes devons
veiller à ne pas entrer en compétition, c’est ce que nous faisons en commercialisant sous une même
marque « Loisirs de France ».
Nous avons certes une volonté de transformation sociale mais les hommes sont ce qu’ils sont !!
Si nous sommes d’accord que la marchandisation du droit aux vacances est inacceptable, alors un
mouvement social fondé sur le droit aux vacances est essentiel car il oblige à sortir du cadre de
référence traditionnel : « j’ai de l’argent, je pars ; je n’en ai pas, je ne pars pas ».
Tout ceci a des conséquences sur le mode d’organisation des vacances, des voyages, sur les
interventions des comités d’entreprises.
Quelle est la place que l’on accord aux formes du tourisme social ? Quel dialogue avec lui ?
Développer le tourisme solidaire
Je vous propose une orientation pour construire une vraie alternative. Elle concerne le tourisme
solidaire. Celui-ci ne peut se développer sans la seule dimension touristique, mais comme une
alternative à la fois aux politiques de développement à coup d’investissements étrangers, aux
cultures d’exportation, à l’aide classique et financière.
Si les comités d’entreprises veulent participer activement, ils sont les bienvenus pour vendre
« d’autres voyages ». Nous pourrions même, éventuellement, participer à la création d’un outil
commun.
Intervenir dans le cadre de l’économie sociale
Trois axes possibles :
Le commerce équitable.
L’épargne solidaire.
L’aide à domicile.
Tous trois ont le même but, sortir de l’échange inégal.
1./ Pour le commerce équitable, la chose est évidente puisqu’il s’agit d’assurer une juste
rémunération aux producteurs, c’est-à-dire de les faire sortir du système de prix du « marché
mondial ».
Mais la conséquence est aussi sur le prix de vente final qui supporte trois handicaps :
1. Des coûts d’approche du marché élevés (entretien des filières).
2. Des coûts de transport élevés.
3. Des coûts de commercialisation élevés.
Mais ces deux derniers aspects peuvent changer si, ensemble, nous développons un vrai
professionnalisme.
D’une certaine manière, il faut réussir dans le commerce équitable, ce que, ensemble, nous avons
réussi dans le tourisme social - construire un véritable secteur économique alternatif fondé sur ces
valeurs de respect et de solidarité .. SCIC dans le commerce équitable.
2./ L’épargne solidaire pose les mêmes questions et cela n’est pas la même chose que l’épargne
salariale, même s’il existe des liens, ce n’est pas non plus une épargne éthique dont on a du mal à
définir les contours. Comment peut-on développer chez les salariés un réflexe en faveur de cette
forme de placement ?

3./ Permettez-moi aussi de parler d’un domaine sensible dans l’économie sociale, celui de
l’aide à domicile.
Nous avons inventé le Titre Emploi Service, connu dans l’économie sociale sous le nom de
Chèque Domicile, pour favoriser le travail salarié au détriment du gré à gré ou du travail ponctuel.
Or, nous constatons l’extraordinaire difficulté à faire prendre en compte cela par les comités
d’entreprises.
Nous attaquons ici un domaine essentiel, celui de la libération de la femme par rapport à son
double métier de mère de famille et de salariée (souvent moins payé que les hommes à
compétences égales). Il convient ensemble de s’interroger pour mieux développer cet outil.



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2004 : Articles de l'année 2002 :