Désireuse de promouvoir ses modes d’entreprendre auprès de la jeunesse, l’UDES demande au gouvernement la construction d’un pacte de croissance social et solidaire

Publié le 6 décembre 2017 en accès réservé aux abonné.e.s
Commentaire(s) :

à l’occasion du congrès organisé par l’UDES ce jeudi 7 décembre en présence de Christophe Itier, Haut-commissaire à l’économie sociale et solidaire et à l’innovation sociale, et devant plus de 600 employeurs, représentants de syndicats d’employeurs et de salariés, dirigeants nationaux des réseaux de l’ESS, Hugues Vidor, président de l’UDES, demande au gouvernement la construction d’un pacte de croissance sociale et solidaire.

Les priorités de l’UDES et des employeurs de l’ESS
Réélu le 16 novembre dernier à la présidence du Conseil d’Administration de l’Union, Hugues Vidor a rappelé que l’entreprise traditionnelle marquait ses limites et que l’ESS occupait une place centrale dans la nouvelle économie et notamment l’économie circulaire, l’économie numérique et la Silver Economie. « De nombreux actifs et de nombreux jeunes ne parviennent plus à se projeter dans le monde du travail actuel. Ils se montrent pessimistes, voire très pessimistes, sur l’avenir du monde et sur l’accès au travail. Pour autant, l’ESS semble répondre à leurs aspirations. Ils recherchent avant tout un métier qui a du sens. » a-t-il précisé en écho au sondage 20 Minutes / OpinionWay [1].

Le secteur a besoin du soutien des pouvoirs publics pour poursuivre son développement et répondre ainsi aux attentes des actifs et des jeunes. à cet effet, l’Union demande que le gouvernement accompagne cette dynamique dans le cadre d’un véritable pacte de croissance en faveur de l’ESS. Dans cette perspective, l’UDES s’impliquera fortement dans les prochaines semaines dans les projets de réformes qui contribueront à l’élaboration de ce futur pacte :
- La réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle : celle-ci doit aboutir à une meilleure formation des demandeurs d’emploi et des salariés aux métiers de demain. Les dispositifs existent mais ils sont peu sollicités car méconnus ou complexes. Renforcer leur lisibilité et leur accessibilité auprès des différents publics de salariés et notamment ceux des petites entreprises est nécessaire.
- Les politiques d’insertion : celles-ci peuvent évoluer en une politique d’emploi durable à la condition d’accompagner le tissu associatif fortement déstabilisé par la suppression des contrats aidés. Soutenir les associations, c’est soutenir l’employabilité des personnes les plus éloignées de l’emploi. Les entreprises associatives de moins de 20 salariés doivent bénéficier d’un fond exceptionnel de soutien qui les aidera à traverser l’année 2018 qui s’annonce particulièrement difficile.
- La réforme de l’assurance chômage doit donner l’opportunité de réfléchir à la création d’un statut de l’actif permettant de garantir ses droits sociaux dans un marché de l’emploi en proie à une profonde mutation.
- Le changement d’échelle de l’économie sociale et solidaire : représentant plus de 10% de l’emploi en France, les entreprises de l’ESS doivent être systématiquement intégrées à toute politique publique de nature économique. Elles doivent faire partie intégrante du projet de loi pour la croissance et la transformation des entreprises porté par Bruno Le Maire Ministre de l’économie. Leur impact social doit être évalué à partir d’indicateurs nouveaux que l’Union appelle de ses vœux. La création d’un crédit d’impôt recherche innovation sociale doit également être mis sur la table.

L’UDES prête à accompagner ce développement
L’Union continue à s’imposer fortement dans le paysage patronal et économique avec 3 axes forts :
- La préservation de ses sources de financement : avec de nouveaux adhérents et partenaires, le budget de fonctionnement de l’UDES a augmenté de 19% depuis 2015. De nouveaux entrants sont attendus comme la Fehap et l’Association des Assureurs Mutualistes (AAM). En revanche, l’UDES, qui en tant qu’organisation multiprofessionnelle contribue à la définition des politiques publiques, attend encore du gouvernement qu’il double la subvention d’état versée à ce titre.
- Le portage de projets permettant à l’ESS d’être au cœur de l’emploi et de la nouvelle économie : c’est tout l’objectif du travail de concertation mené par l’UDES au niveau multiprofessionnel sur l’égalité professionnelle hommes/femmes, le handicap et prochainement sur le numérique. C’est également l’objet des conventions partenariales établies notamment avec Pôle Emploi et l’APEC.
- L’entrée dans les instances nationales et européennes décisives pour l’ESS : l’UDES a intégré le collège employeur du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE), le Conseil d’orientation des conditions de travail (COCT) et ses déclinaisons régionales.Elle dispose désormais de 314 sièges dans les conseils de prud’hommes. Elle souhaite franchir d’autres étapes en intégrant la Commission nationale de la négociation collective (CNNC) et les instances de la protection sociale (CNAV, CNAF, CNAMTS …) Au niveau européen, l’Union intégrera au 1er janvier CEEP Europe. Enfin, après avoir été reconnue comme organisation patronale multiprofessionnelle par arrêté du 17 octobre 2017, l’Union lancera en 2018 une étude sur l’évolution des critères de mesure de la représentativité des organisations patronales au niveau national et interprofessionnel.

« Notre priorité est de continuer à incarner un syndicalisme de service, moderne et réformateur. C’est à ce titre que nous avons soutenu les ordonnances sur le marché du travail de nature à sécuriser les employeurs et à développer l’activité. Cette volonté de réforme et de dialogue partagée par le gouvernement doit maintenant se traduire par un pacte de croissance intégrant les entreprises de l’ESS de plain-pied aux dispositifs d’emploi et de développement. » précise Hugues Vidor, Président de l’UDES.


Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)

[1Voir les résultats du sondage mené en novembre 2017 auprès d’un échantillon de 1075 personnes représentatif de la population française âgée entre 18 à 30 ans. Intitulé « Le monde et l’entreprise de demain : quelle vision chez les 18-30 ans ? », le sondage a été réalisé par 20 Minutes et OpinionWay pour l’UDES.


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2003 :