Compte personnel d’activité : L’UDES défend un dispositif inclusif et progressif

Publié le

Compte personnel d'activité : L'UDES défend un dispositif inclusif et progressif

La négociation autour du compte personnel d’activité (CPA) s’ouvre, lundi 7 décembre, entre les confédérations syndicales de salariés et les organisations patronales interprofessionnelles (MEDEF, CGPME, UPA). L’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES), en tant qu’organisation patronale multiprofessionnelle, porte des propositions qu’elle entend défendre à l’occasion de cette négociation.

Le public visé. L’UDES rejoint une conception universelle du CPA englobant salariés, fonctionnaires, travailleurs indépendants et demandeurs d’emploi. Pour l’Union, doivent également bénéficier de ce compte, les titulaires de contrats de travail spécifiques (contrats aidés et d’insertion), les travailleurs en ESAT [1], les stagiaires et les personnes en service civique ainsi que les bénévoles.

Les principes de fonctionnement. Le CPA doit prioritairement sécuriser et faciliter les mobilités professionnelles des individus, au profit d’un marché du travail et d’une économie plus réactive et améliorer la conciliation des temps de vie. La mise en place de ce dispositif ne doit néanmoins pas générer de nouvelles contraintes pour les employeurs (administratives, financières …).

La mise en œuvre. Elle doit être progressive afin d’assurer la viabilité du CPA. L’UDES souligne le besoin de stabilité absolue des employeurs alors même que le CPF [2] et le C3P [3] sont en cours de mise en œuvre. Par ailleurs, l’UDES plaide pour un mécanisme d’abondement en faveur de publics ciblés (personnes éloignées de l’emploi, jeunes sortant du système éducatif sans diplôme) qui relèverait de la solidarité nationale et qui serait donc financé par l’Etat et les régions.

Au-delà de ces propositions, l’UDES demande à intégrer le groupe de travail quadripartite (Etat, régions, organisations syndicales et patronales interprofessionnelles) qui se réunit en parallèle de la négociation sur le CPA. L’Union souhaite que ce groupe soit ouvert aux organisations patronales multiprofessionnelles, aux mouvements issus de la société civile, à des représentants des bénévoles, des associations ou encore des organismes de protection sociale afin de permettre l’exercice d’une large concertation autour de ce sujet.

[1Etablissement et service d’aide par le travail

[2Compte personnel de formation

[3Compte personnel de prévention de la pénibilité

Autres articles dans cette rubrique

Enquête flash : La semaine en 4 jours : un facteur d’attractivité pour plus de 75 % des employeurs de l’ESS

Les employeurs de l’économie sociale et solidaire sont-ils prêts à envisager la semaine de 35 h en quatre jours dans leurs structures ? C’est la question que leur a posée l’UDES dans le cadre d’une...

Deux représentants de l’UDES nommés au Comité national pour l’emploi (CNE)

Vincent Séguéla, directeur général de la Fédération Léo Lagrange et Corinne Langlais, directrice du CFP Presqu’île, ont été désignés en tant que représentants de l’UDES au sein du Comité national pour...

Rapport « Simplifier la vie des entreprises » : L’UDES s’oppose à la dérégulation et au risque de moins-disant social

L’UDES émet de fortes réserves sur les mesures 3, 4 et 10 du rapport parlementaire « Rendre des heures aux Français » proposant 14 mesures pour simplifier la vie des entreprises, remis au ministre de...

close