Réponse de la Plate-Forme pour le Commerce Equitable au documentaire de Donatien Lemaître diffusé sur Arte en Aout et en septembre

Publié le 24 septembre 2013 en accès
Commentaire(s) :

La Plate-Forme pour le Commerce Equitable rassemble une trentaine d’entreprises,
ONG, labels et réseaux de distribution bio et équitable. Nous sommes un collectif
engagé qui défend une conception exigeante du commerce équitable, et agit pour
promouvoir la démarche auprès des citoyens, des entreprises, ou encore des pouvoirs
publics. En tant qu’acteur éclairé et diversifié du commerce équitable, nous souhaitons
réagir au documentaire « Le business du commerce équitable » réalisé par Donatien
Lemaître et diffusé sur Arte à partir du 6 août 2013.

Le commerce équitable est un mouvement dont l’ambition depuis plusieurs dizaines
d’années est de rééquilibrer les relations économiques entre producteurs des pays du
Sud et entreprises des pays du Nord. C’est également l’une des premières démarches
de consommation responsable qui a permis aux citoyens-consommateurs d’affirmer
leurs préférences pour des produits conçus dans le respect de l’homme et de
l’environnement.

Les effets positifs du commerce équitable sont aujourd’hui largement documentés par
la communauté scientifique et par les professionnels du développement. Des dizaines
d’études d’impacti ont été réalisées par des chercheurs indépendants sur les filières
du commerce équitable et témoignent de l’efficacité de la démarche pour structurer les
organisations de producteurs, pour renforcer leur capacité à accéder à des marchés
plus rémunérateurs, pour mettre en place des techniques de production plus
respectueuses de l’environnement et pour améliorer les conditions de vie des
communautés. Ces études, naturellement, soulignent également les marges de
progrès à réaliser et permettent ainsi aux acteurs de nourrir une démarche
d’amélioration continue de leurs pratiques.

Dès lors, s’il dévoile des pratiques inacceptables que nous dénonçons vigoureusement
nous aussi, nous déplorons le traitement sensationnaliste, presque systématiquement
à charge de ce documentaire. Alors que les impacts positifs du commerce équitable
sont minimisés de manière ambiguë ou passés sous silence du côté des producteurs,
la démarche est présentée comme principalement un « outil d’enrichissement aux
mains des grandes enseignes ».

Nous sommes également choqués par la présentation qu’en a fait la chaîne Arte, qui
qualifie le commerce équitable d’outil qui « renforce aujourd’hui essentiellement le
système dominant ». Faut-il rappeler que le commerce équitable représente moins de
0,03 % du commerce mondial ? Que la grande majorité des produits de commerce
équitable sont mis en marché par des PME françaises ? En outre, les entreprises que
nous avons interrogées sur la politique de marge pratiquée par les grandes surfaces
expliquent que le commerce équitable n’est pas un critère qui rentre en jeu dans les
(difficiles) négociations : le niveau de marge pratiqué est avant tout corrélé aux
volumes écoulés. Or, ces volumes sont aujourd’hui faibles, car la consommation de
produits équitables en France reste encore largement confidentielle : moins de 7 euros
par an et par Français ! De plus, à peine la moitié des produits du commerce équitable
en France sont aujourd’hui vendus en grande surface. Nous sommes donc bien loin du
business florissant qui renforcerait les multinationales de l’agroalimentaire ou la grande
distribution.

Nous ne comprenons pas non plus l’amalgame cultivé par Arte entre démarches de
commerce équitable et d’autres démarches de commerce de type « éthique »,
clairement moins exigeantes dans leurs critères sociaux et économiques.

Cette erreur
journalistique entretient la confusion et la défiance dans l’esprit des consommateurs,
loin de contribuer à leur information complète et impartiale.

En jetant ainsi le discrédit sur l’ensemble de la démarche du commerce équitable, ce
documentaire participe à l’érosion de la confiance des consommateurs et les
décourage de faire pression, via leurs choix de consommation, pour une amélioration
des pratiques sociales, économiques et environnementales des entreprises.

Or, sans
la pression de consommateurs-citoyens, les entreprises du « système dominant » n’ont
que peu d’intérêt à améliorer leurs pratiques. Les acteurs de commerce équitable que
nous sommes, mettons en œuvre un plaidoyer actif auprès des décideurs
économiques et politiques pour faire changer les règles et pratiques du commerce
équitable international conventionnel. Le soutien et la mobilisation des consommateurs
est nécessaire pour ces actions aient du poids.

Néanmoins, ce documentaire soulève de vraies questions, auxquelles le mouvement
du commerce équitable s’attache chaque jour à répondre. Comment développer le
commerce équitable tout en préservant l’exigence des pionniers ? Comment garantir
l’engagement et les bonnes pratiques de toutes les entreprises qui s’impliquent dans le
commerce équitable, quelle que soit leur taille ? Comment améliorer l’efficacité du
commerce équitable ? Quelles sont les conséquences, pour le commerce équitable, de
l’émergence et du développement de labels moins exigeants dans leurs critères
sociaux et économiques ? Ces questions, qui appellent parfois à des réformes
importantes dans les référentiels et les pratiques de commerce équitable, sont prises
en compte très sérieusement par les représentants des producteurs, les labels de commerce équitable et les différentes parties prenantes, engagés dans une démarche
d’amélioration continue de leurs pratiques.

Tant pour fournir une information éclairée et honnête aux consommateurs et aux
téléspectateurs que pour apporter une critique constructive pour la démarche du
commerce équitable, nous souhaiterions qu’Arte explore ces enjeux de manière plus
complète et fidèle.

Georges d’Andlau
Président de la Plate-Forme pour le Commerce Equitable


Les Organisations membres de la PFCE en 2013
- Importateurs/Marques : Alter Eco, Althéane, Artisanat Sel, Boutic Ethic, Ethiquable,
Guayapi, Jardins de Gaïa, Lilah Distribution, Sageco, Sira Kura, Solidar’Monde, Tudo
Bom ?, Veja
- Réseaux de distribution : Alter Mundi, Biocoop, Fédération Artisans du Monde
- Labels : Ecocert, Max Havelaar France
- Associations, ONG et éducation populaire : ASPAL, Association pour le Tourisme
Equitable et Solidaire (ATES), l’Association de la Mode Ethique (AME), Agronomes et
vétérinaires sans frontière (AVSF), Bio-Partenaire, CCFD - Terre Solidaire, Echoppe,
Equi’Sol, Ethnik, Fair[e] un monde équitable, La Ligue de l’Enseignement, Lycée Saint
Félix


Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 : Articles de l'année 2003 :