Fermeture de squats à Bordeaux pendant le plan canicule : une crise humanitaire et une mise en danger de publics déjà fragilisés !

Publié le 25 juillet 2019 en accès réservé aux abonné.e.s
Commentaire(s) :

Depuis quelques jours, la préfecture de Gironde a pris la décision d’évacuer plusieurs squats dans la métropole Bordelaise, soit environ 200 personnes, dont certains restent sans solution d’hébergement à ce jour et viennent s’ajouter aux nombreux refus 115 quotidiens, et,ce, en pleine période de canicule.

La préfecture affirme vouloir poursuivre les expulsions dans les prochains jours sachant que l’on estime à environ 1500 le nombre de personnes vivant en squat, bidonville ou campement dans le département.Sur le terrain, les associations, collectifs et citoyens ne peuvent plus gérer l’urgence et font face à des situations inhumaines dans ce contexte de canicule.Jour après jour, ces évacuations engrainent « un bricolage »avec les moyens du bord : des hébergements de fortune totalement inadaptés qui ne peuvent garantir la dignité et l’intégrité physique des personnes concernées. Les conséquences de cette gestion de remise à la rue ne devraient pas reposer sur la générosité et l’engagement d’associations parfois bénévoles et de citoyens qui sont aujourd’hui à bout de force et qui ne se sentent ni soutenus ni accompagnés par les pouvoir publics.

Cette politique massive et systématique d’expulsion des squats est extrêmement imprudente, de surcroît en période de forte chaleur. Cela expose des publics très vulnérables à l’épreuve de la rue, dégradant de manière accélérée leur état de santé et entraînant des ruptures de parcours d’insertion ou de soins.

Par ailleurs, nous nous interrogeons sur l’effectivité et l’efficacité des diagnostics « sociaux » réalisés en amont des expulsions auprès des personnes concernées : ils ne sont pas systématiques et ne débouchent pas toujours sur une proposition d’hébergement, contrairement à ce que prévoit la loi (en témoignent les 200 personnes dont une vingtaine d’enfants encore à la rue ce jour).

Face à cette situation de crise et compte tenu du risque immédiat pour la santé des personnes remises à la rue, nous demandons :
- La suspension des expulsions tant que des solutions de relogement dignes ne peuvent être proposées aux personnes, avec un accompagnement social et sanitaire adapté et continu
- Une prise en charge inconditionnelle de toutes les personnes présentes dans ces squats, quel que soit leur statut administratif
- L’engagement de l’État pour une orientation rapide des personnes vers des centres d’hébergement dignes et pérennes pour éviter la reconstitution de nouveaux squats ou bidonvilles dans les jours et semaines à venir.


Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)

{#TITRE,#URL_ARTICLE}

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 : Articles de l'année 2003 :