Danièle Demoustier : « Une démonstration qu’on peut reprendre son travail en main »

Publié le

Danièle Demoustier : « Une démonstration qu'on peut reprendre son travail en main »

Socioéconomiste du travail, Danièle Demoustier travaille sur les SCOP. Elle nous parle de l’évolution de la législation en faveur de ces entreprises pas comme les autres, et évoque une « mise en réseau » pour assurer la maîtrise de leur développement.

Pourquoi les salariés dont l’entreprise dépose le bilan se tournent-ils vers la création de SCOP ?

Danièle Demoustier. Le premier objectif, pour les salariés, est de maintenir l’emploi, leur production et les savoir-faire sur leur territoire. La coopérative, l’entreprise collective, a l’avantage de mutualiser les risques. Les ouvriers qui subissent ces licenciements n’ont individuellement ni le capital, ni la culture nécessaire à la reprise de l’entreprise. Reprendre l’entreprise collectivement leur assure une assise plus solide, d’autant que les travailleurs en question partagent une culture du collectif, acquise au travail et dans la lutte.

Source : L’Humanité du 07/08/15 par Elsa Sabado

Autres articles dans cette rubrique

Bilan 2023 des Scop et des Scic : Les sociétés coopératives poursuivent leur croissance dans un contexte économique en crise !

+ 10 % de chiffre d’affaires cumulé, à 9,4 milliards d’euros + 3 % du nombre d’effectifs avec 84 294 salariés La Confédération générale des Scop et des Scic publie son rapport d’activité 2023. Malgré une...

Conférence "Communes, communautés d’agglomération, départements, régions : comment contribuer efficacement au développement de votre territoire avec la Scic (Société coopérative d’intérêt collectif) ?"

La Confédération générale des Scop et des Scic, partenaire du Salon des maires et des collectivités locales pour la 3e année consécutive, du 21 au 23 novembre prochain En 2023, la CG Scop s’associe...

Evénement "Parité femmes-hommes : Les têtes de réseaux de l’ESS se mobilisent pour faire progresser la parité dans les instances de gouvernance"

Si l’ESS est un secteur fortement féminisé, avec 68 % de femmes parmi ses salariés, il n’en reste pas moins que, sur des postes de direction et dans les grandes organisations, il existe encore un...

close