Lettre ouverte du Syndicat ASSO au Mouvement Associatif au sujet des contrats aidés

Publié le 4 décembre 2017 en accès rserv aux abonn.e.s
Commentaire(s) :

Nous vous sollicitons pour le syndicat ASSO, syndicat défendant spécifiquement les salarié.e.s du secteur associatif, concernant l’annonce brutale du gouvernement de supprimer 149 000 emplois aidés pour 2017 et 110 000 pour 2018. Dans toute la France, ASSO s’organise avec différentes organisations syndicales et associatives pour dénoncer cette décision et structurer la défense des emplois, déjà trop précarisés, des structures associatives, du service public et plus largement du secteur non-marchand.

Depuis sa création en 2010, ASSO dénonce la précarité de ces postes jetables et affirme que ces salarié.e.s ont de vrais métiers, qu’il serait temps de reconnaître par de vrais salaires, avec la même protection sociale, la même comptabilisation dans la masse salariale et les mêmes garanties que les autres salarié-e-s ! Le chaos généré dans de nombreuses structures par la suppression des aides à l’emploi prouvent la nécessité réelle que ces missions soient assurées par des salarié.e.s reconnu.e.s et rémunéré.e.s pour leurs qualifications.

Nous dénonçons et refusons les annonces gouvernementales qui veulent calmer les esprits en proposant 25 millions d’euros d’aides supplémentaires à travers le FDVA (ce qui est très très insuffisant), pour les petites associations, en mettant en place une “semaine de l’engagement” ou en appelant les préfectures à “mobiliser le contingent des volontaires en service civique”. Comment la mise en place d’une semaine de l’engagement pourrait être une réponse crédible à la suppression de 260 000 emplois… ? Mobiliser les volontaires ? Le service civique n’est pas un emploi, il n’est pas encadré par le code du travail, ne bénéficie d’aucune protection sociale et, en conséquent, ne doit pas correspondre à une fiche de poste d’emploi salarié. Plus que cela, ce dispositif précarise notre jeunesse et fait du secteur non-marchand et du secteur associatif un complice de l’appauvrissement et de la précarisation de notre jeunesse. Il met en danger la pérennité des emplois et fragilise les missions d’intérêt général et de services publics assurées par le secteur non-marchand, in fine, il pénalise l’ensemble des usagers.

Source : La suite sur le site d’origine...

Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)

{#TITRE,#URL_ARTICLE}

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 :