Les collectivités territoriales : fer de lance de l’économie sociale et solidaire

Publié le 21 décembre 2007 en accès
Commentaire(s) :

Les collectivités territoriales sont parties prenantes de l’Atelier, Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire en Ile-de-France. Une alliance logique : l’économie sociale et solidaire (ESS) a besoin des régions, des départements, des villes… les collectivités ont besoin d’activités solidaires !

Et c’est cet ancrage territorial commun que l’Atelier souhaite développer à terme à travers une décentralisation de ses activités.

L’économie sociale et solidaire est progressivement reconnue par les pouvoirs publics à partir du début des années quatre-vingt. Le concept d’économie sociale devient officiel en 1981 et trouve une traduction institutionnelle avec la création de la Délégation interministérielle à l’économie sociale (DIES). Le secteur de l’économie sociale et solidaire est quant à lui reconnu par les institutions en 2000 avec la création du Secrétariat d’Etat à l’économie solidaire, que porte Guy Hascoët.

Source : La suite de l’article ...

Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)


1 Message

  • Vue de province, depuis le Grand Sud-Est, cette volonté coopérative régionale de l’ESS en Ile-de-France nous inspire beaucoup d’espoir pour deux motifs.

    - Un motif d’ordre géopolitique et sociodynamique éprouvé : si Paris et la Métropole-Capitale s’y colle, il y aura toujours une part de suivisme en Province, nos élus aimant toujours rapporter des cadeaux quand ils rentrent à la maison. Ces modèles étant aussi des bonnes pratiques, ils seront les bienvenus.
    - Un motif d’ordre pédagogique : pour l’Ile-de-France, sa diversité - appréhendée avec des lunettes de sociologues, de géographes et d’historiens - lui confère des difficultés structurelles semblables à d’autres territoires, en particulier la surterritorialisation (les féodalités), sa mosaà®que urbaine, préri-urbaine et rurale ou la nécessité des coopérations interterritoriales "rurbaines" et interinstitutionnelles en impliquant l’économie sociales et solidaire, ainsi que "la société civile" dans une économie plurielle et en archipel comme "le développement durable" l’impose pour sa systémie opératoire et patente.

    Les Collectivités Territoriales, en particulier les Régions se sont engagées dans les Agendas 21 d’o๠nous ne verrions pas comment l’ESS serait victime d’une discrimination systémique (structurelle) en particulier pour la structure des emplois liés à des exigences éthiques autant (sinon plus) portées par le bénévolat et l’ESS que les seules vertus du marché dans son orthodoxie originelle.

    Cependant que l’Ile-de-France se rassure, elle n’est pas le seul laboratoire social o๠s’inventerait un " monde meilleur" (pas le meilleur des mondes), d’o๠l’intérêt d’une économie d’archipell. L’Ile-de-France étant une parmi les autres "iles" à la relocalisation de l’économie va de pair avec "la mondialité".

    Pour fréquenter quelques Conseils Economiques et Sociaux Régionaux (CESR) , ils semblent demandeurs d’un peu de " dérangement" de la belle répartition des représentations en offrant plus qu’un strapontin à l’ESS. Avec les récentes Assises nationales de la jeunesse au Conseil Economique et Social et Environnemental, l’intégration d’une représentation des "juniors" dans ces Assemblées Régionales est à l’ordre du jour.

    Une aubaine pour les étudiants, pour les lycéens, les apprentis et les collègiens, bientôt " le développement durable " sera solidaire de l’ensemble des générations pour lesquelles il clame sa pertinence et son urgence. Un sucés pour les A.J. (anciens jeunes) qui en lachant prise s’honoreront de voir voir les héritages ne plus être en déshérence et même le chantiers mobilisant " les jeunesses au travail". Pas seulement dans l’emploi mais la construction de soi et d’un projet de civilisation.
    Houf !

    Ainsi nous voyons cette territorialisation large de l’ESS se construire avec des acteurs du développement local, des acteurs aussi artistes et créatifs culturels. C’est le chantier des 2émes Assises de l’ESS et des acteurs culturels à Grenoble, nous avions remarqué que la rue parle avec le Théà¢tre de rue et le Théà¢tre-Forum, ils parlent de l’ESS et des nouvelles (auto)régulations de nos économies, en particulier, la part relationnelle qui nous fait mieux être des citoyens acteurs plus émancipés avec un soupà§on de souplesse dans les jeux de masques et stratégiques comme contre-feux face aux guerriers puritains.
    Un autre monde est possible, il montre le bout du nez.

    Voir l’Agenda de Novembre.

    Bienvenue

    repondre message

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2007 :