Contrôle technique moto : affaire de sécurité ou affaire de gros sous ?

Publié le 7 décembre 2007 en accès
Commentaire(s) :

Alors que les pouvoirs publics semblent revenus aux gesticulations pour traiter de la question de l’insécurité routière des deux-roues à moteur, la FFMC dénonce la remise sur le tapis du très controversé contrôle technique moto1.

En effet, les études d’accidentologie2 montrent que les accidents de moto ne sont pas causés par des défaillances techniques du véhicule. Cette donnée est corroborée par le fait que le contrôle de l’état du véhicule fait partie intégrante de la formation et de l’examen au permis de conduire moto et que le véhicule « moto » permet un accès et un contrôle aisé par son propriétaire des principaux éléments de sécurité. L’aspect « sécurité » de leur véhicule n’est d’ailleurs généralement pas laissé au hasard par les usagers de deux-roues à moteur, et, pour les moins bricoleurs, la fréquence d’entretien impose de toute façon que le véhicule passe entre les mains d’un professionnel tous les 5 000 km en moyenne, contrairement à la voiture.

Pourquoi alors remettre sur le tapis cette « fausse bonne » idée sinon pour prétendre « faire quelque chose » ? L’Etat va-t-il céder à la tentation habituelle de vouloir tout contrôler, en assortissant ces contrôles de leur lot de sanctions ? Au final, le seul intérêt d’un contrôle technique moto est pour les centres de contrôle qui ont bien mesuré les perspectives juteuses d’un marché en expansion au détriment des utilisateurs qui viendront là verser une dîme supplémentaire et surtout totalement injustifiée.

La FFMC réaffirme donc son opposition à la mise en place d’un contrôle technique, dénonce la soi-disant « ouverture » des pouvoirs publics qui lui proposent d’en discuter les modalités, et s’inquiète des dérives du législateur qui accumule les réglementations inutiles, en voulant trouver des solutions à des problèmes qui n’existent pas.

1. Mentionné par la déléguée interministérielle à la sécurité routière lors des dernières journées parlementaires de la sécurité routière.
2. L’étude MAIDS indique que seuls 0.7% des accidents de deux-roues motorisés seraient liés à une défaillance technique.



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 : Articles de l'année 2004 : Articles de l'année 2003 :