Comment penser l’alternative au capitalisme de plateforme dans une logique de réencastrement polanyien ?

Publié le 24 juin 2022 en accès grand public
Commentaire(s) :

Dans la littérature, les « plateformes numériques » sont généralement associées à l’évolution du capitalisme contemporain [Bamberger et Lobel, 2017 ; Smyrnaios, 2017 ; Srnicek, 2017]. Pour Srnicek [2017], une nouvelle forme d’entreprise s’est développée au xxie siècle grâce aux innovations des technologies numériques : l’entreprise-plateforme, positionnée à la fois en tant qu’acteur intermédiaire entre différentes catégories d’usagers, et comme l’espace même où se réalisent les activités d’échange de biens et de services entre eux. La littérature sur les plateformes est riche de définitions [Bamberger et Lobel, 2017 ; Constantinides et al., 2018 ; Smyrnaios, 2017, Srnicek, 2017 ; Vercellone et al., 2018] et ouvre sur des débats théoriques concernant la nature, les caractéristiques et l’utilité sociale de celles-ci. Deux grandes catégories de plateformes peuvent être distinguées [Carballa-Smichowski et Coriat ; 2017] : les entreprises-plateformes qui cherchent à contrôler de grands volumes de données pour en tirer profit [Smyrnaios, 2017 ; Srnicek, 2017 ; Vercellone et al., 2018], et les plateformes alternatives qui entendent s’émanciper des principes purement marchands et répondre à des enjeux de soutenabilité sociale et environnementale [Vercher-Chaptal et al., 2021 ; Fuster Morell, 2018].

Le cadre conceptuel polanyien est pertinent pour comprendre l’avènement de certaines entreprises-plateformes dans l’économie numérique et la domination exercée aujourd’hui par celles-ci. C’est bien parce qu’elles ont réussi à se désencastrer d’une multitude d’institutions sociales que ces entreprises ont pu s’imposer, jusqu’à atteindre dans certains secteurs des positions quasi monopolistiques. Droit du travail, protection sociale, fiscalité, droit de la concurrence, protection des données, etc. : ces corpus de règles garanties théoriquement par les États ont été mis à mal dans leur effectivité par les stratégies des entreprises-plateformes pour assurer une croissance rapide, et notamment par leur capacité à se « dé-territorialiser » pour déjouer à leur avantage l’application du droit [Behar Touchais, 2017].

Source : CAIRN du 17/06/2022 par Laura Aufrère, Philippe Eynaud, Lionel Maurel, Corinne Vercher-Chaptal


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2022 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2004 : Articles de l'année 2003 : Articles de l'année 2002 :