Agriculture biologique : un rapport, commandé par le ministère de l’Agriculture, démontre les externalités positives de ce système agricole

Publié le 28 novembre 2016 en accès
Commentaire(s) :

L’Institut Technique de l’Agriculture Biologique (ITAB) a présenté ce jour une étude réalisée sur commande du ministre de l’Agriculture qui s’intéresse aux externalités de l’agriculture biologique…et les conclusions sont claires : l’agriculture biologique a de réels avantages par rapport à l’agriculture chimiquement intensive qu’il s’agisse du climat, de la biodiversité ou encore la qualité de l’eau, de l’air et des sols.

L’étude présentée démontre notamment que l’agriculture biologique permet de :
- de stocker plus de carbone (37, 4 t/ha vs 26,7t pour l’agriculture dite « conventionnelle »)
- sur la nature des sols : moins d’eutrophisation en AB et une moindre érosion, plus forte teneur en matière organique. Le rapport note qu’on peut estimer à 1 milliard d’euros les pertes liés à la dégradation des sols !
- sur la qualité de l’eau. Les données montrent une contamination des eaux par les résidus de pesticides de synthèse ainsi qu’un impact des nitrates réduite de 30-40% en AB. A cela s’ajoute le coût des traitements par la pollution des eaux de l’agriculture conventionnelle qui est de 20 à 46€/ha.
- des services écosystémiques indéniables notamment sur les pollinisateurs
- des atouts aussi en matière de santé (cf. le rapport 2013 de l’INSERM). L’on sait les risques sanitaires des pesticides pour les personnes exposées, il faut ajouter à cela les bénéfices d’une alimentation bio (+ d’antioxydants, moins d’obésité et pathologies associées dans la cohorte « bionutrinet »)
- etc.

Soutenir ce mode de production est d’autant plus important aujourd’hui car si les derniers chiffres montrent un réel essor de la bio [1], nous sommes encore loin des objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement et certaines régions, comme en Rhône-Alpes vont même jusqu’à couper les aides aux promoteurs de la bio.

Pour François Veillerette, porte-parole de Générations Futures « L’étude de l’ITAB, vient démontrer, si il en était encore besoin, que l’agriculture biologique est un modèle agricole vertueux. Ce rapport doit inciter le Ministère de l’agriculture à soutenir plus fortement encore le développement de cette agriculture sur tout le terrtoire. Le changement doit passer par la réduction réelle de l’utilisation de pesticides de synthèse et la promotion des pratiques agronomiques respectueuses de la santé et de l’environnement, que seule l’agriculture bio est aujourd’hui capable de garantir. Nous attendons donc maintenant des actes qui doivent passer par des aides à la conversion ou à l’installation en bio, et au maintien et soutien des fllières bio sur le terrtoire. »

Source : En savoir plus ?

Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 :