Réformer la protection sociale pour assurer l’accès de tous à des soins de qualité

Publié le 13 juillet 2012 en accès
Commentaire(s) :

Le groupe MGEN salue la dynamique de dialogue social initiée les 9 et 10 juillet. Il demande que les propositions des mutuelles en matière de réforme de la protection sociale et du système de soins soient entendues. Il considère que le gouvernement doit en priorité pérenniser les mécanismes de solidarité nationale et mener une réforme de la santé qui rende effectif le droit à la santé.

Les mutuelles dans le débat public

La concertation est la bonne approche pour réformer la protection sociale. Le groupe MGEN demande cependant que les mutuelles comptent parmi les organisations entendues.

Le mouvement mutualiste a une expérience de terrain utile au débat. Sa proximité avec les adhérents lui donne une connaissance fine de leurs besoins. Il met en place des solutions solidaires innovantes, pour la prise en charge des dépenses de santé mais aussi, par exemple, en matière de prévention et d’accompagnement des personnes.

Les mutuelles ont également des propositions concrètes : complémentaire de la plateforme 2012 de la Mutualité Française, le groupe MGEN a rédigé un Livre blanc sur la protection sociale qu’il diffusera cet été aux responsables politiques locaux et nationaux.

Pérenniser la protection sociale solidaire

Le groupe MGEN partage le constat du gouvernement : la priorité est de pérenniser les régimes sociaux, en élargissant les sources de financement.
La protection sociale ne peut plus continuer de vivre à crédit, via la CADES. De nouvelles ressources sont nécessaires pour accompagner la hausse tendancielle des dépenses de santé qui reflète l’amélioration de la santé des Français. L’hypothèse de la mobilisation de la CSG va dans le bon sens.
L’enjeu n’est cependant pas que financier. La réforme doit viser le renforcement de l’Assurance-maladie obligatoire pour rétablir la confiance dans les mécanismes de solidarité nationale et stopper le mouvement de marchandisation de la santé.

Faute d’une réforme en profondeur, le désengagement progressif de l’Etat ne pourra que s’amplifier : l’intervention publique pourrait se concentrer sur les plus démunis et sur les gros risques de santé, comme l’hospitalisation et les affections longue durée, délaissant la médecine de ville comme elle le fait déjà pour l’optique et le dentaire.

Pour une politique de santé publique solidaire…

Au-delà de la recherche de nouveaux financements, une véritable politique de santé publique doit être mise en oeuvre. En coordonnant mieux l’action des professionnels de santé et en orientant leur pratique avec des objectifs de santé publique, l’organisation pourrait devenir plus vertueuse, c’est-à-dire plus économe et plus efficace.

Le groupe MGEN s’associe aux revendications du syndicat de médecins MG France sur l’organisation du système de soins. Les généralistes doivent être placés au coeur du nouveau système. La pratique médicale doit être davantage collective, associant médecins et professionnels paramédicaux, pour créer un véritable parcours de santé coordonné. La médecine de ville doit être privilégiée pour le premier recours par rapport à l’hôpital.
D’autres pistes sont à étudier comme une évaluation de la qualité et de la quantité des prescriptions, qu’il s’agisse des actes demandés ou des médicaments.

… qui garantit à tous l’accès à des soins de qualité

En définitive, l’objectif de toute politique en matière de santé et de protection sociale doit être de
rendre effectif le droit à la santé, qui est inscrit dans la Constitution. Les pouvoirs publics doivent
donc organiser l’accessibilité géographique et financière aux soins.

Face à la désertification médicale, l’installation de professionnels en zones sous-dotées et les
nouvelles pratiques médicales collectives doivent être encouragées. Les pouvoirs publics doivent
notamment soutenir les centres de santé de secteur 1 qui répondent à ces enjeux. Comme les
hôpitaux privés non-lucratif, ils font face à des difficultés économiques alors que leur utilité sociale
n’est pas à démontrer.

Concernant les dépassements d’honoraires, le groupe MGEN demande que le gouvernement vise à
terme la fin du secteur 2 et ne se contente pas d’agir sur les seuls dépassements excessifs en
imposant aux complémentaires de rembourser les dépassements tolérés. En contrepartie, une
revalorisation du secteur 1 est inévitable car la prise en charge de certains actes par l’Assurance maladie
n’a plus de lien avec la réalité économique.



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2021 : Articles de l'année 2020 : Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 :