La charte pour le commerce équitable

Publié le 8 décembre 2003 en accès
Commentaire(s) :

Un constat
Le commerce est l’activité d’échange de biens et de services entre des personnes. Cette activité est indispensable à toute société. Mais l’organisation actuelle du commerce se fait souvent :

à l’insu du producteur comme du consommateur : le producteur ne connaît pas la destination de son produit, le consommateur en ignore la provenance réelle,
au détriment du producteur et du consommateur : les intermédiaires les plus puissants (grandes marques commanditaires, groupes industriels, organismes financiers, grands distributeurs, centrales d’achat) imposent leurs règles, leurs prix, voire même leurs produits aux producteurs, comme aux consommateurs.
D’un moyen de relation entre les hommes, le commerce est souvent devenu un enjeu de pouvoir et de profit privé lié à la spéculation à court terme. Inéquitable, cette forme du commerce banalise une relation de dominant / dominé. Ce n’est pas le commerce en tant que tel qui est un problème, mais son utilisation comme arme économique.

Cette situation entraîne un déplacement des marges vers l’aval (les producteurs voient leur marge s’éroder sous la pression des industriels et des distributeurs), appauvrissant les producteurs au plan économique, dans l’organisation de leur travail et dans la satisfaction de leurs besoins essentiels, ainsi que ceux de leur famille.

Ce commerce est responsable de la dégradation des termes de l’échange (pendant que le prix des matières premières décroît systématiquement sur le marché mondial, le prix des produits finis, que les pays producteurs de ces matières premières importent des pays industrialisés, augmente).

Placés dans ce contexte, les producteurs fabriquent des biens dans des conditions de travail souvent inhumaines, voire d’esclavage. Les conséquences sont alors déplorables tant pour eux que pour l’environnement (social, économique, écologique, culturel).

Cette réalité se vérifie dans l’ensemble du commerce, tant au niveau local qu’international.

Le commerce équitable
Face à ce constat, l’objectif est de permettre aux producteurs et aux consommateurs de vivre leur dignité et leur autonomie, en retrouvant la maîtrise et le sens de leurs actes.

Des changements structurels sont nécessaires dans la pratique du commerce actuel.

Le commerce équitable crée les conditions requises pour atteindre cet objectif.

En effet, le commerce équitable organise les échanges autour de critères impératifs, qui peuvent être vérifiables à tout moment, et d’autres critères qui s’inscrivent davantage dans une démarche de long terme, que chaque acteur du commerce équitable cherche à atteindre.

Nos engagements impératifs ont trait aux droits élémentaires de l’homme et à la transparence des relations permettant à chacun de faire valoir ses droits. Les autres engagements ont trait à une amélioration indispensable de l’organisation de la filière, mais doivent tenir compte des contextes de départ.

Engagements impératifs
Dans une approche solidaire du commerce équitable, travailler d’abord avec les producteurs parmi les plus défavorisés, dans le cadre d’un développement durable.
Refuser systématiquement une quelconque forme d’esclavage ou de travail forcé, y compris l’exploitation des enfants.
Contractualiser entre les différents partenaires des garanties portant sur :
le prix du produit qui permet une juste rémunération des acteurs économiques. Celle-ci prend en compte leurs besoins et ceux de leurs familles, notamment en termes de formation, de santé, de protection sociale...
la qualité des produits,
le versement d’un acompte, lorsque les organisations de producteurs n’ont pas le fonds de roulement nécessaire pour acheter la matière première, ou pour vivre tout simplement entre la commande et le règlement final.
le délai de livraison.
Privilégier des relations commerciales durables avec les producteurs. Pour eux, c’est la durée qui assure l’avenir.
Assurer la transparence dans le fonctionnement des différents partenaires, qui passe par une information réciproque à chaque étape sur les conditions de travail, les salaires, la durée des relations, les processus de production et de distribution, les prix, les marges...
Accepter le contrôle sur le respect de ces principes, à chaque étape du processus.
Crit res de progrès
Une organisation participative respectueuse de la liberté d’expression et de l’avis de chacun. Cela peut se traduire dans un groupe par une prise de décision démocratique, ou dans une entreprise, par la négociation entre patronat et syndicats...
Le respect de chacun, sans discrimination aucune.
L’élimination du travail des enfants en utilisant les moyens les plus adaptés dans l’intérêt de l’enfant. Le travail des enfants ne peut être toléré que dans une période transitoire, en vue d’une scolarisation ou d’une formation. Souvent, l’arrêt immédiat du travail des enfants générerait des conséquences plus préjudiciables encore aux enfants et à leur famille.
La valorisation des potentiels locaux des producteurs : utilisation d’une matière première ou d’un savoir-faire locaux.
Une production et une distribution favorisant une utilisation raisonnée des matières premières et des sources d’énergie, ainsi que leur renouvellement.
Le circuit le plus court et le plus simple possible entre producteurs et consommateurs.
L’encouragement des producteurs à l’autonomie, en privilégiant la diversification des débouchés, notamment sur le marché local. L’activité économique doit être rentable en elle-même, et donc parfaitement distincte d’autres formes de financements.
Un engagement des acteurs envers leur environnement socio-économique. Par exemple, les bénéfices réalisés sont réinvestis dans l’entreprise et/ou dans des programmes de développement à caractère collectif, économique, écologique ou social, y compris la formation.
Une information qui permette :
au consommateur d’effectuer un achat fondé et responsable,
à l’acte d’achat de relier le producteur au consommateur. Le commerce équitable ne s’établit pas seulement à travers une relation économique, mais favorise des échanges culturels et sociaux avec les producteurs, ou tout au moins avec les pays auxquels ils appartiennent.
Ce texte est notre définition commune du commerce équitable. Il manifeste que nous avons des objectifs convergents, qui serviront de tremplin à des actions de promotion et de défense du commerce équitable.



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 : Articles de l'année 2003 :