L’avortement est un droit et un choix fondamental !

Publié le 28 septembre 2019 en accès réservé aux abonné.e.s
Commentaire(s) :

“Le 16 janvier 2019, une jeune femme de 18 ans appelle le numéro vert 0800 08 11 11 “Sexualités, contraception, IVG”. Elle est à 8 semaines d’aménorrhée + 6 jours ; elle recherche une autre structure pour avorter car le premier rendez-vous qu’elle a obtenu avec un médecin pour sa demande d’IVG aura lieu un mois et demi après son appel.”

A l’occasion de la journée internationale pour le droit à l’avortement, le Planning Familial, association féministe de terrain, rappelle qu’il reste encore beaucoup à faire en France pour que ce droit soit effectif pour toutes, partout.

En nous appuyant sur la parole des femmes recueillie lors de nos permanences téléphoniques et physiques, nous constatons qu’elles sont confrontées trop souvent encore à la culpabilisation conséquente au jugement de certain.es soignant.es envers elles, à des délais de prises de rendez-vous trop longs, à la désinformation, et même au refus de certain.es professionnel.le.s de les orienter vers un service ou un.e professionnel.le qui pratiquent l’IVG.

Nous dénonçons ces dysfonctionnements comme de vrais freins à l’accès à l’avortement, comme nous dénonçons également la double clause de conscience relative à l’IVG prévue pour les personnel.le.s médicaux, la fermeture de centres d’IVG et le manque de structures sur plusieurs territoires.

En France, bien qu’inscrit dans la loi, l’avortement n’est toujours pas « légitime ». Les femmes doivent se justifier régulièrement d’un avortement trop souvent perçu comme un « échec ». Pourtant la loi française dit que c’est leur droit et qu’elles seules sont aptes à choisir cette solution.

Nous réaffirmons que toute femme, toute personne en capacité de porter un enfant, doit pouvoir avorter en France et dans de bonnes conditions. L’allongement des délais légaux pour l’IVG en France pourrait répondre aux 4000 femmes qui partent encore chaque année à l’étranger pour avorter.

Seuls 36% de la population mondiale vit dans des pays où l’avortement est autorisé, sans restriction de conditions. Et encore 47 000 femmes décèdent chaque année des suites d’un avortement illégal, soit une femme toutes les 9 minutes. Parmi celles qui en réchappent, beaucoup devront vivre avec des séquelles, et pour d’autres c’est l’incarcération qui les attend. Le prix du libre choix de procréer ou pas.

Nous savons que ces morts sont évitables et que toutes les femmes dans tous les pays, doivent pouvoir décider si elles veulent avoir ou ne pas avoir d’enfant et quand.
C’est le sens de la mobilisation que nous appelons le 28 septembre prochain dans le cadre de la Journée internationale pour le droit à l’avortement.

#AvorterEstUnDroitFondamental


Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2013 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 : Articles de l'année 2004 :