« Grandeco » met sa Scop sur la table des financeurs

Publié le

« Grandeco » met sa Scop sur la table des financeurs

La fin du papier peint châlonnais n’est pas à l’ordre du jour. Une rencontre importante vient d’avoir lieu, des négociations vont suivre. Sur 162 ex-salariés de l’usine, 70 se seraient lancés dans ce projet

L’USINE Grandeco, produisant des papiers peints, n’est plus en activité depuis la fin du mois dernier. Mais la liquidation de l’ancienne usine Grantil (emblématique de Châlons) n’a pas pour autant sonné le glas du site.
Sur les 162 salariés, environ 70 se sont lancés dans le projet de création d’une société coopérative et participative (Scop), ce qui implique une participation financière de leur part. Jeudi dernier, les porteurs du projet ont présenté leur business plan, élaboré sur trois ans, à des financeurs ou des partenaires potentiels.

Source : La suite de l’article par ici...

Autres articles dans cette rubrique

Accélérer le développement de coopératives ultramarines grâce au Programme Outre-mer des Scop et des Scic de la CG Scop piloté de la Réunion

Pour amplifier la création de coopératives hors de l’hexagone, la Confédération générale des Scop et des Scic lançait il y a trois ans le Programme Outre-mer des Scop et des Scic (POM), en partenariat...

Le Mouvement des Scop et des Scic, des valeurs partagées à l’échelle européenne

Dans un monde sous tensions multiples, l’Europe est confrontée à de nombreux défis : verdissement de l’économie, transformation du marché du travail, souveraineté européenne… Pour les relever, l’Union...

Réindustrialisation : « l’État ne fait pas confiance aux sociétés coopératives »

Les sociétés coopératives présentent beaucoup d’atouts pour participer à l’effort de réindustrialisation. Mais manquent de carburant pour décoller. Bien avant la réindustrialisation de la France, les...

close