Entretien avec Thierry Beaudet, Président de la Mutualité Française

Publié le 5 février 2019 en accès rserv aux abonn.e.s
Commentaire(s) :

Six mois après votre Congrès, quels enseignements en tirez-vous ?
Notre 42 ème Congrès s’est imposé, une fois encore, comme un rendez-vous important dans l’agenda social. S’y sont retrouvés tous les acteurs du monde de la santé et de la protection sociale, à commencer par la ministre des Solidarités et de la Santé. Nous avons ouvert un dialogue inédit avec l’ensemble des organisations syndicales et patronales, représentées au plus haut niveau ; dialogue qu’il faut poursuivre.
Nous avons entendu le Président de la République, qui a choisi de s’exprimer devant nous, non par tradition, mais parce qu’il a perçu que la Mutualité est un mouvement, un grand mouvement. Des femmes et des hommes, de toutes sensibilités politiques, aux parcours les plus divers, issus de tous les territoires. Des femmes et des hommes engagés, forces de proposition et utiles au pays. Des femmes et des hommes qui, au
quotidien, tissent et retissent le lien social, le lien humain, dans notre société plurielle, trop souvent éclatée, fragmentée.

Votre Assemblée générale qui s’est tenue le 4 octobre a été l’occasion de revenir sur plusieurs sujets d’actualité, pouvez-vous nous nous en dire plus ?
Je veux commencer par la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. L’accueil dans les crèches va être renforcé, dans une logique de mixité sociale plus grande, les enfants aujourd’hui en situation de pauvreté ayant un accès trop limité à ces modes d’accueil. Nous sommes déjà présents sur ce terrain.
Nous avons l’opportunité d’amplifier nos initiatives.
Invite également à l’action le projet de création de 100 centres et maisons de santé dans les quartiers prioritaires ; mesure fortement poussée par la Mutualité Française. Mais comme nous le répétons sans cesse aux pouvoirs publics, s’il faut créer d’indispensables structures de soins dans les quartiers difficiles, il faut aussi veiller à la pérennisation de celles qui existent mais connaissent des difficultés. J’aime à prendre l’exemple du centre de santé mutualiste de Basso Cambo. C’est la dernière offre de soins de premier recours dans le quartier du Mirail à Toulouse. Comme d’autres établissements, Basso Cambo est emblématique de la raison d’être de la Mutualité. Le centre accueille 24 000 patients, 60 000 passages, dont 30 % relèvent de la CMU-C et de l’aide médicale d’État.

Entretien du CIRIEC avec Thierry Beaudet

Recommander cet article à une connaissance ? (Par un mail pré-formaté)

{#TITRE,#URL_ARTICLE}

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2014 : Articles de l'année 2004 :