Après vingt ans d¹hypocrisie, évaluons réellement les OGM

Publié le 21 septembre 2006 en accès
Commentaire(s) :

Ce mercredi 20 septembre 2006, la Commission du Génie Biomoléculaire
(CGB) fête ses vingt années d¹existence. Initialement créée par les ministres en charge de l¹agriculture et de l¹environnement, cette commission d¹experts a pour mission d¹« /évaluer, au cas par cas et avant toute autorisation, les risques pour la santé publique et l’environnement, liés à la dissémination d’organismes génétiquement modifiés (OGM)/ » (1).

Or, depuis sa mise en place, la CGB s¹est contentée de valider la
quasi-totalité des dossiers préparés par les seules industries
biotechnologiques demandeuses d¹agréments, sans que ses avis ne
s¹appuient sur la moindre étude indépendante ou contre-expertise
scientifique (2). De plus, les conditions qui auraient permis une
véritable analyse des données fournies par les industriels n¹ont jamais
été remplies. Comme l¹affirme la Commission Européenne devant
l¹Organisation Mondiale du Commerce (OMC), /« les informations réclamées
sont douteuses, peu abondantes, ont été livrées sur plusieurs années, et
ne sont pas convaincantes/ » (3). Ceci n¹a rien d¹étonnant, puisque les
dispositifs juridiques liés aux brevets sur les OGM rendent toute
diffusion d¹étude scientifique approfondie inconcevable pour les
industriels.

Après vingt ans de simulacre d¹évaluation, il est temps que la CGB ­ ou
tout nouvel organisme destiné à assumer la même fonction ­ mette en
¦uvre un mode de nomination de ses membres qui évite dorénavant tout
conflit d¹intérêt (4). Attac propose, par exemple, que les membres d¹une
telle commission soient élus suivant le modèle des Conférences de
Citoyens (5). Cette CGB « de deuxième génération » exigerait des
multinationales le financement de toutes les études nécessaires pour
évaluer réellement l¹impact des OGM sur la santé et l¹environnement,
ainsi que leurs conséquences socio-économiques pour les différents
acteurs de l¹agro-alimentaire. Ces études seraient menées par des
laboratoires indépendants.

En l¹absence d¹un tel dispositif, Attac réaffirme l¹urgence d¹un
moratoire sur toute introduction d¹OGM dans les champs et dans
l¹alimentation.

Contact : Aurélien Bernier



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Articles de la rubrique par année :
La présentation des articles a évolué au gré des années et des avancées techniques du site.
Des éléments peuvent manquer. Merci de votre compréhension.
D'autres articles sont disponibles en cliquant sur les onglets chiffrés.


Articles de l'année 2019 : Articles de l'année 2018 : Articles de l'année 2017 : Articles de l'année 2016 : Articles de l'année 2015 : Articles de l'année 2012 : Articles de l'année 2011 : Articles de l'année 2010 : Articles de l'année 2009 : Articles de l'année 2008 : Articles de l'année 2007 : Articles de l'année 2006 : Articles de l'année 2005 : Articles de l'année 2004 :