samedi, 27 février 2021|
 

Livre "Ruses de riches Pourquoi les riches veulent maintenant aider les pauvres et sauver le monde"

Entre 5 000 et 13 000 milliards de dollars par an : bienvenue dans le monde très cynique du business social… Le business social ? C’est nouveau, ça vient des États-Unis, et ce n’est pas très social. Une date ? Depuis l’an 2000. Un objectif ? Appliquer les méthodes du capitalisme financier aux activités sociales. Des moyens ? Les grandes fondations, les (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

2 Messages

  • Note de lecture de Jacques Prades 20 janvier 12:06, par Guillaume Chocteau (ESS et Société)

    Virulente dénonciation de l’entrepreneuriat social dans sa relation à l’économie sociale historique, à l’État et aux pays du Sud, ce livre courageux insère le mouvement des entrepreneurs sociaux dans un processus de décomposition des institutions mis en place depuis le XIX e siècle. C’est un grand livre, avec une écriture riche d’exemples, qui condamne beaucoup plus fortement les entrepreneurs sociaux qu’une pâle variante libérale de l’économie sociale, parce qu’il décrit ses origines et ramifications avec l’économie financiarisée.

    La suite...

    repondre message

  • Note de lecture de François Doligez 20 janvier 12:07, par Guillaume Chocteau (ESS et Société)

    À la suite d’échanges avec Jean-François Draperi autour de son livre, il m’a été suggéré de transformer mes notes en version rédigée pour la Recma, ce dont je m’acquitte avec plaisir compte tenu de l’intérêt porté à l’ouvrage et à sa lecture, même si les relations tissées au sein du comité de rédaction ou dans le croisement de nos trajectoires « derochedaliennes » (un néologisme un peu aventureux) n’en font pas un exercice aisé, drapé de la neutralité axiologique chère à Max Weber... Mon angle de vue fait surtout écho à la dimension internationale du cadre d’analyse et de la circulation des idées qui étayent l’ouvrage, dimension alimentée par nos activités dans le domaine de la coopération internationale.

    La suite...

    repondre message