Voyage dans la galaxie de l’économie sociale et solidaire


De l’association de quartier aux multinationales, les initiatives solidaires se multiplient : 215.000 établissements employant 2,3 millions de salariés, soit un emploi sur 10. Mais elles peinent à travailler ensemble. Par Dominique Nora.

Quel point commun y a-t-il entre la puissante Maif, les militants d’une association de quartier qui diabolisent le profit et des entrepreneurs sociaux, comme André Dupon de Vitamine T, qui réinsèrent des exclus ? Tous proposent, à leur manière, des alternatives à l’économie de marché. Ils font partie, avec quantité d’autres, de la grande nébuleuse, fragmentée et complexe, de l’économie sociale et solidaire (ESS). Combien sont-ils ? En termes purement statistiques, ce secteur - qui a comme objectif, selon la formule d’Edgar Morin, de contribuer à « refouler progressivement et systématiquement l’aire économique déterminée par le seul profi t » - regroupe 215 000 établissements, employant 2,3 millions de salariés. Soit un emploi sur dix au plan national !

Source : La suite de l’article en cliquant ici...


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »