Pour une réforme structurelle de l’assurance-chômage


Les partenaires sociaux ont engagé hier leur énième marathon afin de renouveler la convention d’assurance-chômage, qui prend fin le 30 juin 2016. Mais cette course de fond risque d’avoir à l’arrivée un goût amer pour des millions de chômeurs…

Le contexte de cette négociation est particulièrement défavorable : un déficit record de plus de 30 milliards d’euros, un nombre de chômeurs indemnisés qui culmine à près de 2,7 millions, parmi les 5,8 millions de personnes inscrites, une précarisation à l’embauche avec un taux de 84 % de nouveaux contrats signés en CDD, dont plus de la moitié de moins de 3 mois, un taux de croissance ne permettant pas un recul structurel du taux de chômage…

Pour remédier au déséquilibre de l’assurance-chômage, nombreux sont ceux qui préconisent une limitation des droits des chômeurs en procédant à une réduction de leur durée d’indemnisation et à une baisse du niveau de leur allocation, voire à la mise en place d’une dégressivité. A l’appui de ces préconisations sont invoqués la générosité du système par rapport aux autres pays européens et son faible caractère incitatif à la reprise d’emploi.

Gilles de Labarre est président de Solidarités nouvelles face au chômage.Jean-Pierre Revoil a été directeur général de l’Unédic.Jean-Paul Domergue a été directeur juridique de l’Unédic.

Source : Les Echos du 23/02/16 par Gilles de Labarre, Jean-Pierre Revoil et Jean-Paul Domergue


A propos de ESS et société
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse (...)
En savoir plus »
Fils de nouvelles RSS
Thèmes