Pour une macroéconomie sociale et solidaire ! Evénement parallèle du Groupe Pilote de l’Economie Sociale et Solidaire,3ème Conférence Internationale sur le Financement du Développement, Addis Abeba, Ethiopie


Du 13 au 16 juillet, la ville d’Addis Abeba en Ethiopie accueille la 3° Conférence internationale sur le financement du développement. L’occasion, pour le Groupe Pilote International de l’Economie sociale et solidaire de mettre l’accent sur le potentiel de transformation de ce modèle économique et de la finance sociale et solidaire. Un événement parallèle intitulé "L’économie sociale et solidaire pour un meilleur financement du développement durable dans l’agenda post-2015" et parrainé par la France, la Colombie et l’Equateur, a été organisé le 13 juillet par le secrétariat permanent du Groupe Pilote assuré par les Rencontres du Mont-Blanc (RMB) – Forum International des Dirigeants de l’ESS.

Les trois ministres de France, d’Equateur et d’Espagne ainsi que l’ambassadrice de Colombie auprès des Nations Unies, la Maire de Victoria aux Seychelles et le directeur de cabinet du Ministère de la microfinance et de l’économie solidaire du Sénégal notamment, ont souligné l’importance de l’économie sociale et solidaire dans le financement du développement durable pour créer un monde plus juste : les entreprises de l’économie sociale et solidaire ont un vrai rôle de mise en œuvre du changement dans une économie ancrée dans les territoires. Elles sont un levier pour de nouveaux développements qui doivent ainsi être soutenues par un financement adéquat. Celui de la finance sociale et solidaire dont les mécanismes financiers, en raison de leurs principes de fonctionnement, constituent un moyen essentiel de mobiliser des ressources domestiques. Les entreprises de l’ESS (mutuelles, coopératives, associations, fondations et autres entreprises sociales) devraient ainsi être reconnues comme un moyen innovant décisif pour financer le développement et pour réaliser les objectifs de développement durable. Pour développer leur plein potentiel, l’économie sociale et solidaire doit être mieux comprise et soutenue par les décideurs politiques.

Cecilia Vaca, Ministre du développement social de l’Equateur, a mis l’accent sur le capital humain comme source de développement économique et social, créateur d’emplois et de ressources locales, en citant l’exemple de la coopérative Arco Iris.

L’ambassadrice de Colombie auprès des Nations Unies, S.E Maria Emma Mejia, propose de promouvoir des indicateurs qui portent sur les processus de changement, et de définir une feuille de route qui permette le passage à l’échelle des innovations locales.

Après avoir rappelé l’importance de ce secteur en Espagne, Jesús Gracia Aldaz, le Secrétaire d’Etat espagnol à la Coopération Internationale et pour l’Amérique latine a mentionné les efforts de son pays pour intégrer l’ESS dans les cadres internationaux, comme au Conseil de l’Europe ou aux Nations Unies. A ce sujet, Jean-Louis Bancel, Président de l’Association Internationale des Banques Coopératives (AIBC), Membre du Conseil de l’Alliance Coopérative Internationale (ACI), Président du Groupe Crédit Coopératif, a appelé « les négociateurs [à ne] pas oublier de prendre en compte la diversité des opérateurs économiques : la place du secteur public, la place du secteur privé, la place de l’ESS ». L’agence française de développement (AFD), représentée par son directeur général adjoint, a également encouragé les coalitions d’acteurs.

M. Mody Ndiaye, directeur de cabinet du Ministère de la microfinance et de l’économie solidaire du Sénégal a évoqué la stratégie nationale, en cours d’élaboration, pour un cadre favorable à la création d’entreprises sociales et solidaires, la charte de l’impact investment ainsi que la création d’un fonds de garantie et d’un fonds souverain. Des avancées significatives pour l’ESS au Sénégal, une année après la création de ce ministère dédié.

Pour la directrice de cabinet du ministère nouvellement créé en Namibie pour l’éradication de la pauvreté et du bien-être social , l’ESS constitue un axe fort des politiques de développement économique et social à mettre en place dans le pays, pour une meilleure redistribution des richesses.

Le financement participatif était également au cœur des débats, notamment au sein des collectivités locales avec le développement des budgets participatifs, plus proches des citoyens, favorisant la mobilisation des ressources locales, comme le soulignait Carlos de Freitas, Directeur des Programmes au Fonds Mondial pour le Développement des Villes (FMDV), organisation membre du Groupe Pilote de l’ESS.

Pour Abdou Salam Fall et Nicole Alix, membres du Conseil des Rencontres du Mont-Blanc (RMB) – Forum International des Dirigeants de l’ESS, des éléments sont aujourd’hui réunis pour que davantage de transformation s’opère de manière durable, avec des investisseurs, des banques et des acteurs socio-économiques solidaires, qui doivent être davantage reconnus et soutenus par les pouvoirs publics et les Nations Unies. C’est d’ailleurs Jürgen Schwettmann, ‎Directeur des partenariats et de la coopération au développement (OIT) qui a modéré les échanges au nom de la Task Force inter-agences des Nations Unies sur l’Economie Sociale et Solidaire (TFSSE).

Deux propositions principales sont ainsi ressorties des échanges :
- Le renforcement des partenariats publics / entreprises de l’économie sociale et solidaire pour davantage révéler le pouvoir d’agir des porteurs des activités économiques à finalité sociale ;
- L’intégration de l’économie sociale et solidaire dans le financement du développement durable et dans l’agenda post-2015 comme moyen innovant et territorialement ancré de mise en œuvre.

Trois prochains rendez-vous internationaux permettront de poursuivre les efforts pour promouvoir l’économie sociale et solidaire : l’adoption des Objectifs de Développement Durable par les Nations Unies à New-York en septembre, le Sommet Climat à Paris en décembre et la Conférence sur les établissements humains à Quito en octobre 2016. Avec, comme étape intermédiaire, la 7ème édition du Forum International des Dirigeants de l’Economie Sociale et Solidaire du 26 au 28 novembre 2015 à Chamonix, en France.

« La mise en œuvre des objectifs de développement durable passe par des modèles innovants et collectifs comme ceux de l’ESS » ; « La rentabilité ne se mesure pas qu’en termes financiers », Annick Girardin, Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie.

« Nous promouvons une macroéconomie sociale et solidaire pour le financement durable urbain » Carlos de Freitas, Directeur des programmes du Fonds Mondial pour le Développement des Villes (FMDV)

« Avec l’ESS, on sait d’où l’argent vient ; on sait où l’argent va ; on sait qu’il permet d’allier efficacité économique, sociale et environnementale », Thierry Jeantet, Président des RMB – Forum International des Dirigeants de l’ESS



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »