La France associative en mouvement - 9ème édition - Octobre 2011

Date de publication :
Publication dédiée :
  • Recherches et Solidarité
  • Roger Sue

  • Alerte 1994 : nom de baptême d’un important collectif inter associatif de réflexion et de lutte
    contre la précarité, la pauvreté et l’exclusion. Alerte 2011 : ce sont les acteurs de la lutte eux mêmes
    qui semblent directement touchés, laissant présager une aggravation du sort des
    populations les plus faibles. Ce que l’on pressentait du désengagement des pouvoirs publics dans
    certains secteurs, ajouté à la morosité ambiante, commence à faire sentir ses effets délétères sur le
    mouvement associatif dans son ensemble.

    La 9ème livraison de la "France associative en mouvement" en fixe les repères sensibles :
    essoufflement de la création de nouvelles associations, indicateur névralgique de la réactivité de la
    société civile ; contraction de l’emploi (26 000 postes perdus depuis la fin de l’été 2010), alors que
    la vitalité de la création d’emploi dans le secteur associatif avait contribué à amortir le choc d’un
    sous-emploi chronique ; moral en berne des responsables associatifs qui ne se disent plus si sûrs de
    leurs projets et craignent manifestement pour l’avenir.

    Pour la première fois depuis plusieurs décennies, tous les indices d’une inversion de
    tendance, et peut-être d’un vrai retournement de l’élan associatif, semblent réunis chez ceux qui
    s’efforcent encore de maintenir les cadres souvent invisibles d’un vivre ensemble, dans une
    situation économique et sociale particulièrement dégradée. Le fatalisme gagne les esprits et
    l’exception associative finirait par plier devant les marchés et les déficits publics. Ce serait de bien
    mauvais augure pour au moins trois bonnes raisons.

    Tout d’abord, plus la conjoncture se détériore et plus les associations sont indispensables et
    doivent être fortes. En amont, par la prévention, les services aux personnes et les actions de
    réinsertion au plus près du public. En aval, par le soutien et l’accompagnement de populations
    toujours plus nombreuses qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, quand elles ne se retrouvent
    pas aussi dans la rue.

    Ensuite, faire des économies sur le social, c’est non seulement se tromper de combat, mais
    aussi se tromper d’histoire. Le "social" est aujourd’hui au coeur de notre développement : santé,
    éducation, environnement, réseaux sociaux sont en pleine expansion et préparent la croissance de
    demain. Les développer plutôt que les étrangler suppose que face aux limites des pouvoirs publics
    et des marchés, la société civile, avec les associations en première ligne, soit plus impliquée dans la
    production de biens communs aussi fondamentaux.

    Enfin, ni les entreprises ni les marchés ne prospéreront sur un champ de ruines. Dans une
    économie de plus en plus immatérielle, la ressource humaine s’impose comme le vrai capital, de
    l’aveu même des chefs d’entreprise. Il ne serait pas incongru qu’ils participent mieux à son
    entretien, comme il ne serait pas anormal que l’État vienne en aide de préférence à ceux qui en ont
    le plus besoin. Mais il faut comprendre le pessimisme ambiant du monde associatif à l’heure des
    grands choix démocratiques, en l’absence de parole politique qui éclaire leur avenir.

    ROGER SUE
    Sociologue, professeur à l’Université Paris V Descartes [1]
    Président du comité d’experts de R&S

    Source : Télécharger le document (PDF)...

    [1] Chercheur au Centre d’étude et de recherche sur les liens sociaux (CERLIS - CNRS). Son dernier ouvrage « Sommes nous
    vraiment prêts à changer ?
    Le social au coeur de l’économie », publié aux éditions LLL Les Liens qui Libèrent est
    sorti en septembre 2011.


    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Se connecter
    Votre message

    Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    A propos de ESS et société
    ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse (...)
    En savoir plus »
    Fils de nouvelles RSS
    Thèmes