« French Impact », damned !


Ce jour le Haut-Commissaire à l’ESS, Christophe ITIER annonce la mise en œuvre de « French impact », un accélérateur de l’innovation sociale qui serait doté de 1 Milliard€ sur cinq ans.

On pourrait se réjouir de voir le gouvernement chercher à développer l’Economie Sociale et Solidaire. Mais aucune distinction n’est faite entre des entreprises de l’ESS sans but lucratif ou redistributives et des entreprises dites sociales du fait de leur activité mais rémunérant les actionnaires. C’est un outil qui en fait va détruire l’ESS en mélangeant les genres. Il n’est que de voir le « Mouve » se frotter les mains en regardant la manne à venir.

On assiste à un changement de paradigme : il ne s’agit plus de mettre en œuvre la solidarité, dont l’ESS dans un esprit de convergence avec le Service public est un acteur. En effet la proposition du gouvernement considère qu’il existe un marché des déclassés et puisque c’est un marché il peut rapporter de l’argent aux actionnaires et en même temps il asphyxie les collectivités territoriales qui jouent un rôle important voir déterminant en termes de solidarité.

On sait que l’ultra libéralisme génère des exclus. Jusqu’ici le darwinisme social ne se souciait pas de ceux qui sortaient de la route laissant à ceux-ci soit à la charité, soit aux systèmes de solidarité que les salariés se sont construits. Le nombre devenant énorme et souvent en partie solvable, l’idée est venue qu’un marché des « moins »pauvres existait. Il est apparu qu’on pouvait faire de l’argent sur les victimes de ce même argent roi.

Il y aura bien ici ou là des entreprises de l’ESS qui profiteront des moyens mis en œuvre au profit de leurs bénéficiaires, on sait que nombres d’associations ont besoin de capitaux propres pour se développer. Elles ne le feront qu’en constatant qu’un marché se met en place et que demain elles seront en concurrence, l’appel d’offre se substituant à la subvention.

Dangereux, cela d’autant plus que sur les appréciations concernant la casse du code du travail à travers les dernières ordonnances certains acteurs de l’ESS et non des moindres ont déjà fait part de leurs appréciations positives.

Alors que pour nous les intérêts des salariés, la réponse à leurs besoins est source de dynamisme économique. Dans le conflit capital-travail nous serons toujours du côté du travail.

Pour ce qu’on sait du fonctionnement prévu, il ne s’agira pas d’un service de l’Etat, fut-il déconcentré ou d’une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif), entreprise de l’ESS. Ce seront des entreprises labélisées qui ensuite labéliseront. On n’est jamais si bien servi que par soi-même ! Il y a de quoi être inquiet compte tenu du montant annoncé. On est loin dans ce domaine d’une mesure objective au sens scientifique. Pour nous l’innovation sociale repose sur la mesure de l’efficacité sociale conjuguée à l’efficacité économique, ADN de l’ESS et moteur du progrès social.

Le nom retenu « French Impact » est bien la mise en œuvre non traduite de la vulgate européenne sur l’innovation sociale. Il y plus d’un siècle Baudelaire inventait le spleen, C’est bien vers le 19e siècle que l’on veut nous faire revenir, ce n’est pas innovant, juste réactionnaire. Damned !

Dans un cadre politique thatchérien, le haut-commissaire tente de mettre en place une solidarité plus proche de la charité, maintenant les classes populaires dans la pauvreté calquée sur le modèle britannique des années 80, nous sommes bien loin de la solidarité républicaine !



Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »