#DerrièreLeCodeBarre de nos aliments : des inégalités en chaînes


Il y a une histoire derrière la nourriture que nous achetons. Derrière le code-barres du café, des légumes ou des fruits de mer, il y a des millions de personnes qui travaillent et qui vivent pourtant dans la pauvreté - parce qu’elles ne touchent pas un salaire décent - et subissent des conditions de travail inhumaines.

C’est ce qu’Oxfam révèle dans son nouveau rapport « Derrière le code-barres de nos aliments : des inégalités en chaînes ».

Nous avons recueilli pour cela le témoignage de femmes et d’hommes qui travaillent dans le secteur des fruits de mer en Asie du Sud-Est.

Prenons l’exemple de Mu. Elle travaille en Thaïlande et doit décortiquer 8 kg de crevettes à l’heure, souvent à raison de 14 heures par jour. Elle n’a aucun jour de congé et travaille dans le froid. « [Mes] mains sont toujours froides », confiait-elle lorsque nous nous sommes entretenus avec elle. Malgré son travail acharné, elle perçoit un salaire bien inférieur au minimum nécessaire pour mener une vie décente.

Personne ne devrait travailler dans de telles conditions. Il faut mettre un terme à cette situation. Mais Mu n’est pas la seule à travailler dans des conditions inhumaines.

Les pêcheurs employés sur les chalutiers en Asie du Sud-Est sont en mer jusqu’à 14 heures par jour et 27 jours par mois, pour un salaire dérisoire de 0,50 dollar de l’heure. Au Costa Rica, les travailleurs et travailleuses des exploitations de fruits tropicaux sont exposés à des produits agrochimiques hautement toxiques.

La souffrance au travail et la pauvreté des travailleurs se cachent #DerrièreLeCodeBarre des aliments que nous achetons alors que les supermarchés engrangent des profits record. Les supermarchés et les intermédiaires (grandes marques, négociants) captent à eux seuls plus des 4/5 du prix final payé par le consommateur, soit 86,7%, ne laissant que 6,5 % en moyenne aux travailleurs et aux producteurs.

Les choses doivent changer pour mettre fin à cette injustice et à ces inégalités. Nous avons besoin de vous pour lutter aux côtés des millions de paysans et de travailleurs du secteur agroalimentaire.

Depuis le début de l’année, Oxfam France demande une grande loi contre les inégalités, avec notamment l’obligation de verser un salaire minimum décent tout au long de la chaîne d’approvisionnement et un partage plus juste des richesses créées dans les entreprises.

Ajoutez votre nom à notre promesse d’engagement et soutenez les personnes qui produisent la nourriture que nous consommons.

Merci de votre engagement,

Pauline Leclère,
Responsable de campagne Justice fiscale et inégalités

Source : En savoir plus ?


Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire...

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de ESS et société, Enjeux et débats
ESS et Société a pris le relais de feu le site de Ressources Solidaires disparu en décembre 2017. Media social et solidaire dédié à l’économie sociale et solidaire en France et dans le monde, ESS et société permet de comprendre et de s’informer sur l’ESS au travers d’un agenda et d’une revue de presse sur l’économie sociale et solidaire L’information que vous recherchez pour comprendre et débattre sur ce (...)
En savoir plus »